AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Longer - Callie & Will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Longer - Callie & Will Sam 3 Oct - 17:34



Bonne expédition... Voilà tout ce qu'il avait trouvé à lui dire, en lui faisant ses adieux dans une étreinte très amicale. Le lendemain, Callie allait préparer sa valise, et ensuite ils ne se reverraient plus pendant un certain temps. Bien sur, il y avait les téléphones, et toute la technologie qui leur permettrait de rester en contact, mais le fait de se quitter ainsi laissait à Will une impression de frustration intense.
Il faisait les cent pas dans sa chambre, répétant furieusement dans son esprit tout ce qu'il aurait pu lui dire, au lieu de la laisser partir avec un hochement de tête et un sourire crispé.

    - Je suis tellement... Tu vois, Callie, il s'trouve que... Alors... Euh non, marmonnait-il, tel un dramaturge apprenant son texte. On pourrait p't'être, si ça te dit... Hum, enfin tu vois... Qu'Est-ce que tu dirais si... J'aimerais bien... Putain, ça m'soule ! Qu'Est-ce qu'elle foutrait avec un mec comme moi t'façon ?


Donnant un coup de pied dans le bord de son lit déjà peu solide, William grogna plus encore en entendant le bruit du bois abimé par cette maltraitance. Il n'avait pas l'habitude de se déconsidérer, à l'époque où il était encore le caïd des rues de son quartier, et qu'il pouvait avoir tout ce qu'il voulait sans craindre de ne pas être à la hauteur.
Maintenant qu'il s'était mis comme objectif de se ranger et de devenir quelqu'un de bien, le challenge le remettait sans arrêt en question. A côté de tous les snobinards qui trainaient dans le coin, et pouvaient se payer des séjours à rallonge sur l'île, il avait l'impression d'être un looser... De vouloir offrir tout cela à Callie, et de ne pas pouvoir.

Tout ce qu'il savait, c'était qu'il ne voulait pas qu'elle parte comme ça. Il refusait de rester sur ça, de ne pas avoir essayé. Il attrapa son manteau, et l'enfila brusquement, claquant la porte du bungalow derrière lui, pour prendre la direction de celui de la jeune Sattler.
Arrivé sur le seuil de la demeure qu'elle partageait avec sa sœur, il hésita. Et si c'était l'autre qui répondait ? Si elle ne voulait plus jamais le voir après son aveu ? William était trop passionné, trop sanguin pour attendre plus longtemps, de toute façon. La côtoyer comme ils le faisaient toujours à présent, la frôler, la voir rire... C'était trop, il ne pouvait plus le supporter. Il ne pouvait plus en être juste le témoin, il voulait être bien plus. Il en avait besoin, ou son cœur menaçait d'exploser dans sa poitrine.
Il frappa fort contre l'entrée, nerveux, tendu.
Calliope ouvrit, et il oublia tout ce qu'il avait prévu de dire en se retrouvant face à elle. Se pouvait-il vraiment qu'elle devienne plus attirante encore à chaque fois qu'il la voyait ?

    - Désolé, je... Commença-t-il, sa respiration presque douloureuse, avec un air beaucoup trop sérieux pour les circonstances. J'étais... Enfin, Calliope, je... Oh et puis mince !


D'un coup, l'air entrait de nouveau dans ses poumons, tandis qu'il prenait la meilleur décision de sa vie, celle de l'embrasser, comme ça, sur le palier, sans prévenir. Il n'avait jamais éprouvé plus grand soulagement que celui qui l'envahit lorsque ses lèvres prirent enfin possession de celles de la jeune femme, la repoussant contre le mur qui se trouvait juste derrière eux. Il n'était pas brutal, il ne la forçait pas, mais il était assez autoritaire dans son geste pour la guider, sans l'obliger. Son baiser était un mélange de force et de tendresse, une nouveauté pour lui qu'il maitrisait pourtant plutôt bien.
Enfin rassasié, il écarta légèrement son visage pour la regarder, fixant ses prunelles aux siennes, son corps toujours serré, lui, contre le sien. Elle n'avait pas vraiment eu l'air de protester.

    - J'crois que j'suis amoureux d'toi, en fait... Avoua-t-il tout bas, leurs souffles se mêlant encore, tremblant presque en prononçant ces mots, tant il redoutait leur conséquences, ou les espérait.


Ils avaient bien rigolé pendant des soirées et des soirées entre potes, et maintenant était venu le temps d'être plus sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Dim 4 Oct - 0:04




Mes valises sont prêtes. J’ai même fait une liste pour ne rien oublier, et j’ai vérifié trois fois. Je suis parée. Et totalement surexcitée !! Demain à 4h je pars pour l’aéroport et direction l’Egypte ! Un mois de fouille, ça va être démentiel.

Je suis perturbée aussi. Oui, figurez vous que Tim est revenu et il m’a dit qu’il craquait pour moi. Je suis un peu perdue. Il me plait bien c’est vrai mais je ne le connais pas tant que ça, et il y a Will. Et Will… bah, je suis trop bien avec lui ! Sauf que je crois finalement qu’il veut juste être mon ami. J’ai du me faire des films quand je pensais qu’il en pinçait pour moi. Pfff c’est compliqué les mecs en fait. Sans parler d’Ethan. Bon, lui, je n’ai pas envie de me remettre avec mais je ne sais pas ce qu’il a, il veut qu’on soit proche. Je ne comprends rien !

Je viens de lancer le cd qu’Amy m’a prêté et Love me like you do commence, quand quelqu’un frappe à la porte. Ou s’excite sur la porte. Si bien que je sursaute. Heureusement que j’ai troqué mon pyjama rose contre un short et débardeur à cause de la chaleur. Par conte j’ai mes chaussons licorne. Je vais ouvrir et découvre un Will tout tendu. Je lui souris quand il commence à s’excuser.

« C’est rien ! »

Je fronce les sourcils en me demandant ce qu’il lui arrive. Et là… Je suis comme la nana dans le film que j’ai regardé hier. En plus, avec la musique, je m’y crois vraiment ! Will me pousse contre le mur et presse ses lèvres sur les miennes. Sur le coup je suis incapable de réagir, il faut bien cinq secondes à mon cerveau pour comprendre ce qui m’arrive. Ca me fait une boule dans le ventre et des frissons partout. Il embrasse trop bien !
Quand il quitte mes lèvres, je suis encore sous le choc, et aussi sous le charme. Il plonge son regard dans le mien et j’ai les jambes qui flageolent. Il est tout contre moi, à chaque respiration mes seins touchent son torse et ils sont pas énormes, c’est vous dire comme il est tout près !

Amoureux de moi ? Mon cœur rate un battement et j’oublie de respirer. Je ne réfléchis plus et je suis incapable de parler. Je ne sais qu’une chose : je veux regoûter ses lèvres, je veux le sentir tout contre moi.

Alors je glisse mes mains autour de son cou et sur la pointe des pieds je l’embrasse. Je ne sais pas si je suis douée, je laisse mon instinct me guider. Ma langue effleure timidement la sienne avant de jouer avec. Je me cambre pour sentir son corps pressé contre le mien. Il pose enfin ses mains sur moi et un gémissement de plaisir m’échappe. Qu’est-ce qui m’arrive ?!

_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Dim 4 Oct - 6:57

A la vérité, William s'était rendu là sans prétention, sans assurance, juste guidé par son cœur. Il ne s'était pas attendu à ce qu'elle lui rende son baiser, même s'il l'avait bien sur espéré... Au fond il ne croyait pas possible de vouloir si fort quelqu'un sans que l'attraction soit réciproque. Après tout, il savait que son charme était bel et bien existant, pour avoir séduit plusieurs employées du parc malgré lui, qui lui avaient fait des avances, sans qu'il ne donne suite, parce qu'il était trop occupé par Callie. Les deux jeunes s'entendaient si bien que c'en était presque ridicule, et tous le monde, en les voyant ensemble sans arrêt, amis ou inconnus, percevait cette chose qu'ils n'osaient pas eux-mêmes voir, ou s'avouer.

Elle n'avait pas vraiment répondu à sa déclaration, mais ses lèvres, pressées de nouveau contre les siennes, apportaient indirectement une certaine idée de ses sentiments. Cette fois-ci, William la laissa un peu plus libre, heureux de constater qu'elle prenait elle aussi des libertés qu'il accueillait avec plaisir, raffermissant juste son étreinte, pour la sentir plus proche de lui... Si c'était encore possible. Car il ne restait guère plus que leurs vêtements pour empêcher une proximité plus intime, que le O'Malley souffrait de ne pas sentir. C'était une torture, presque pire que de ne pas la toucher, celle de désirer toujours plus, d'avoir mal de ne pas satisfaire ce besoin qui semblait vital sur le moment.

Une de ses mains glissa sous le tee-shirt de la jeune fille, venant caresser la peau nue de son dos, tandis que sa langue ne cessait pas ses découverte, émerveillée par les frissons qui naissaient de la douceur de la bouche de la jeune femme, qu'il ne pouvait plus lacher, au risque de manquer de souffle.
Puis soudain, il s'écarta, coupant tout contact entre elle et lui, sinon celui de ses yeux, rivés sur les prunelles de la demoiselle.

    - Calliope... Si on continue comme ça, j'vais plus pouvoir m'arrêter t'sais... Constata-t-il, avec un sourire malicieux, haletant. Son regard était plein de promesses sur ce qui allait venir, ou pas, si elle souhaiter se coucher seule, ce qu'il respecterait. Il vaut p't'être mieux attendre... Tu pars tôt demain... J'veux pas précipiter... Enfin tu vois...


Au contraire de toutes les filles avec qui il avait couché avant, sans se préoccuper de leurs sentiments, William voulait faire les choses bien avec la rousse. Et même s'il avait l'impression qu'il crèveraient de devoir terminer cet échange-là, maintenant que son corps réclamait plus, il préférait encore lui laisser le temps de digérer, et d'être certaine de ce qu'elle faisait.
Il connaissait parfaitement les pulsions qui géraient les humains, et il craignait que la demoiselle n'en soit aussi victime, et qu'elle le regrette par la suite. S'il la prenait dans ses bras cette nuit, ce ne serait pas pour la voir partir le lendemain, en oubliant tout. Il ne pensait pas pouvoir en avoir assez d'elle, en une fois, ou même en un an de sexe intensif, tous les soirs, et même parfois en journée, quand ils se croiseraient dans un coin discret...
Ils étaient jeunes, plein d'énergie, et puis il l'aimait, à ne plus penser qu'à ça.

    - Faut que j'te dise un truc, commença-t-il, en prenant un air plus sombre, embarrassé. J'ai rien, tu vois, ni famille, ni argent, j'étais nul à l'école et j'ai du mal à ret'nir le nom d'ces plantes qui t'passionnent tant... Parce que le truc, c'est qu'j'sais même pas déchiffrer les panneaux d'informations qu'y'a partout dans l'parc... J'sais rien lire du tout, en fait, j'ai jamais appris. Parce que voilà... Avant d'arriver ici... J'étais en prison. J'ai passé quasi la moitié d'ma vie en maison d'redressement, derrière les barreaux.


Voilà, c'était dit, maintenant. Il n'y avait plus de secrets entre eux. Il ne lui avait jamais menti, sinon par omission, mais il ne voulait pas qu'elle s'engage avec lui sans savoir. Il ne se cherchait pas d'excuses, et il n'avait aucune intention de décrire son enfance difficile, qui l'avait indubitablement conduit là. Il était un ancien criminel, et elle devait réaliser l'importance de cette situation, telle quelle. Soit elle l'accepterait, soit il en serait fini d'eux, avant même que cela ait vraiment commencé.
Il était certain qu'en tout cas, si elle dressait un tableau comparatif entre ses prétendants, il ne ferait pas le poids. Il n'était pas vraiment le gendre idéal que l'on veut présenter à ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Lun 5 Oct - 21:57




Jamais je ne m’étais emballée comme ça. C’est comme si son baiser avait ouvert un barrage et que le désir, la passion, se déversaient en moi. Je frémis quand il glisse une main chaude sous mon Tshirt. Je rigole et fantasme toujours quand ça arrive aux héroïnes de roman ou de films, j’ai attendu de ressentir ça depuis que j’ai 17 ans. Et enfin !!  
Quand il s’écarte de moi, mon souffle est court et la peur m’envahit : est-ce qu’il regrette ? Est-ce que j’ai été nulle ? Il doit avoir beaucoup d’expérience, alors que moi… Ouf ! Il ne veut juste pas me sauter dessus. J’ai un rire nerveux et je me mords la lèvre inférieure. En un sens j’aurais bien voulu. Mais dans un autre, j’ai encore des choses à clarifier et, surtout, je ne veux pas brûler les étapes. Il n’y a qu’une première fois.

« Moi non plus, je ne veux pas aller trop vite… mais… woaw… »

D’ordinaire, j’ai du vocabulaire. Là, je ressemble à une débile profonde. Il me fait perdre mes moyens. Et je ne peux pas résister, je reviens contre lui. Plus calme mais j’ai besoin de le sentir. Je pose mes mains sur son torse. Je peux sentir son cœur battre trop vite.

Ce qu’il m’avoue alors me bouleverse. J’en ai les larmes aux yeux. Je l’imagine sans famille, sans amour, délaissé et sombrant dans la délinquance. Ca me fait mal. Je lui caresse la joue et me racle la gorge pour chasser un sanglot.

« Ça me touche que tu m’en parles. Tu me fais confiance, ça veut dire beaucoup pour moi. Je t’apprendrais à lire, tu verras, c’est facile. »

Il y a beaucoup plus d’illettrés qu’on ne le croit. Je sais que je peux l’aider, je l’ai déjà fait. Ils étaient plus jeunes mais ça n’a aucune importance. En plus là, je serais hyper motivée. J’ai envie qu’il se sente bien et qu’il découvre plein de choses. J’espère ne pas le vexer en disant ça alors je reprends vite la parole.

« On a tous un passé, ce qui compte pour moi c’est ce que tu es aujourd’hui. Et puis, je ne suis pas parfaite non plus ! »

Je lui souris et je me sers contre lui pour un câlin. Je ne sais pas quoi faire d’autre. Je veux qu’il comprenne que je ne vais pas le fuir, et c’est ma façon à moi de le dire. Je me doute bien que ça ferait flipper mes soeurs, surtout Evy. Sur le papier, ça ne fait pas rêver. Mais mon Will n'est pas un sale type.
Je finis par relever la tête vers lui.

« Merci… »

Je l’embrasse avec douceur. Je suis encore retournée par ce qu’il m’a dit. Sur sa vie, mais aussi juste avant. Je sens que je ne vais pas arrêter d’y penser. Alors que je devrais dormir. Pas grave, j’aurais tout le temps dans l’avion ! Là, je veux juste passer chaque instant avant mon départ, avec lui.

« Viens, allons dans ma chambre. Tu veux boire quelque chose ? »


_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Mar 6 Oct - 5:31

Ce n'était pas qu'il n'avait pas envie, bien au contraire. Il avait cru qu'en l'embrassant, toute la frustration qu'il avait ressenti jusque là aurait disparue... La vérité était qu'elle paraissait presque pire à présent. Il avait envie de plus, il avait besoin de plus, de l'avoir plus près, contre lui, et d'y penser lui faisait perdre l'esprit. Il n'avait fait qu'effleurer son corps, et il en était déjà avide, obsédé par la douceur de sa peau.
Néanmoins, ce qu'il éprouvait pour elle était plus fort que ses pulsions physiques, et il savait qu'il voulait attendre, pour leur bien. Il voulait profiter de chaque étape qu'il franchissait avec elle, et il avait dans l'idée que d'attendre ne serait pas si désagréable, si elle l'autorisait à goûter encore un peu à ses lèvres... Ses révélations risquaient de tout bouleverser malheureusement, même s'il savait qu'il n'avait pas d'autre choix que de lui confier ses secrets à présent.

    - J'suis pas sûr que 'soit une bonne idée... Commença-t-il, lorsqu'elle se proposa de lui apprendre à lire. Il craignait d'avoir l'air ridicule, bête sans doute, en butant sur les mots, en s'embrouillant dans les syllabes, sous la dictée de la belle rousse. Il ne tenait pas vraiment à s'humilier plus encore devant elle. Enfin on verra.


Il était intelligent, mais il avait toujours fuis cet effort, par orgueil, par refus d'avouer ses faiblesses. Les mains de Callie sur son torse, cependant, apaisaient ses doutes. Elle ne fuyait pas comme il s'y était presque attendu. Elle restait, tentant de le faire se sentir mieux en se dévalorisant elle-même. Il sourit, en lui caressant la joue, plongeant de nouveau son regard dans le sien. Il ne voulait pas qu'elle en vienne à cela, il ne supporterait pas la pitié de sa part, car il n'estimait pas mériter la moindre excuse : tout ce qu'il avait fait dans sa vie, il en avait connu par avant les conséquences. Même s'il aurait été difficile de prendre d'autres décisions, il s'était orienté naturellement vers les mauvaises fréquentations, sans aide, par sa propre volonté.

    - T'es parfaite pour moi, conclut-il, d'une voix qui ne laissait pas le champ libre à la protestation. J'ai jamais rencontré d'filles qui t'ressemblent, même de loin, avant.


Du coup, cela expliquait en partie ses maladresses, lorsqu'il évoluait autour d'elle, sans savoir comment s'y prendre. Visiblement, pour une fois, il avait choisi la bonne solution, et il n'en revenait pas encore d'avoir cette chance.
Il lui rendit son baiser, avec autant de tendresse, se souvenait furtivement de la première fois où il l'avait croisé dans le jardin botanique, rêvant déjà de ce moment. Il avait galéré pour en arriver là, et il avait failli croire qu'ils resteraient amis pour toujours. Il s'était résolu, presque, à accepter cela plutôt que de la perdre.

    - Pas soif, pas faim, déclara-t-il, avec un air malicieux. Non, il ne la laisserait pas s'échapper une seconde, même pour un verre d'eau. Sans prévenir, il la souleva soudain de terre en la prenant dans ses bras, lui volant un nouveau baiser, n'interrompant cette étreinte qu'une fois arrivé dans sa chambre, pour se laisser tomber sur elle, sur son lit. J'ai b'soin que d'toi, murmura-t-il, avant de reprendre ses lèvres, incapable de se détacher.


Ils avaient déjà passé des heures sur ce lit à discuter, l'un à côté de l'autre, se chamaillant parfois en rigolant, mais jamais dans une position si suggestive. Pesant légèrement sur elle, Will prenait ses aises, découvrant enfin d'une autre façon ce corps qu'il avait si souvent observé sans oser le toucher. Maintenant, ses mains exploraient les courbes de la jeune femme sans se priver. Sa bouche descendit sur la gorge de la demoiselle... Il n'irait guère plus loin que des caresses, mais il ne comptait pas se priver totalement d'aperçu ou d'échauffement, ce soir.

    - Ta sœur est pas là ? Demanda-t-il d'une voix, sans cesser son étreinte, comme s'il n'y avait rien eu de plus normal que de faire la discussion, avec une main pressée contre son sein, sous son tee-shirt. Elle ne disait pas non... Ils se faisaient confiance pour savoir quand s'arrêter. T'me manques d'jà...


Il était inutile qu'il lui demander de rester pour lui : il ne se serait jamais pardonné qu'elle annule le voyage qui la passionnait tant afin de le satisfaire. Il l'aimait ainsi, libre et passionnée. Cependant, la séparation n'en serait pas plus simple. Mine de rien, ils se voyaient tous les jours depuis plusieurs semaines, et cette habitude était devenue au O'Malley presque indispensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Jeu 8 Oct - 15:41




Je souris comme une neuneu. Will me fait des compliments que je n’ai pas du tout l’habitude d’entendre. En général j’ai droit à t’es mignonne, t’es marrante, originale… bref rien de super, quoi. Souvent c’est même des critiques déguisées. Alors que lui, il me fait sentir comme une super nana !
Je lui propose à boire ou à manger mais il ne veut rien. Il me soulève et m’embrasse. Je suis perdue dans notre baiser mais je sens bien qu’il avance. Nous sommes dans ma chambre. Sur mon lit précisément. Ce n’est pas la première fois mais jusque là, c’était très soft. Je rougis encore une fois, heureusement qu’il m’embrasse, ça m’évite de dire n’importe quoi.

Oh mon dieu ! Il descend sur ma gorge, ses mains glissent sous mon tshirt. Ses mains d’homme sur moi ! J’ai des frissons partout. Ma… sœur ? Pourquoi il parle de ma sœur ? Ah ! Je suis bête ! Il pose la main sur mon sein avant que je ne réponde, je soupire malgré moi.

« Pas là… »

Plus un murmure qu’autre chose. Jade est avec son Sebastian. Elle va rentrer tard. Mais je n’ai pas le temps de l’expliquer, ni l’envie.

« Toi aussi… mais ça passera vite, un mois… »

J’espère. Enfin, pour moi sans doute car je serais hyper busy. Lui, peut-être moins. Mais il a des copains, des choses à faire.

« On aura skype… »

Tais-toi Callie ! C’est pas le moment de raconter ta vie. Ce mec, sexy, chaud, a la main sur ton sein et ses lèvres appellent les tiennes. Ses lèvres charnues… Je ferme les yeux et je l’embrasse. J’aime la douceur de sa bouche, j’aime aussi sentir ses doigts qui emprisonnent mon sein. Pu*** ! C’est super bon ! J’ai l’impression de perdre pied. Je glisse mes doigts dans ses cheveux, je tire un peu dessus quand il fait jouer les siens sur ma poitrine. Les papillons ne volent pas dans mon bas ventre, ils font des salto and co. Ca m’excite. Mais tout à coup, ça me fait flipper.

« Will… Will, attends, faut que je te dise un truc. »

Comment je vais lui dire ça ? Je reprends un peu ma respiration. Simplement. Allez, courage.

« Je… Je l’ai fait qu’une seule fois. Et c’était nul, j'ai eu mal, toussa... Et je… je sais pas faire grand-chose… je voudrais pas que tu sois déçu, tu vois. Enfin, je veux dire, j’ai envie de te découvrir, que tu me découvres… »

Ok, là il va croire que je veux juste discuter. Rahhh c’est pas simple !

« J’adore ce que tu me fais, je veux pas jouer aux cartes, je… tu comprends ? »

Faites que oui ! Faites que oui !


_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Jeu 8 Oct - 20:02

Ils étaient donc seuls... A priori, cela n'aurait pas dérangé Will de toute façon, de savoir qu'une de ses sœurs était dans l'appartement, mais l'entendre ainsi soupirer, tenter une réponse difficile avec une main sur son sein, l'excitait au plus haut point. La porte avait été fermée d'un coup de pied expert, et il n'existait plus qu'eux sur l'île dans son esprit. Il aurait bien fait durer ce moment encore et encore, pour reculer son départ, même s'il ne se passait que des caresses et des baisers langoureux.

    - Oui on aura Skype... Répéta-t-il, comme s'il n'emmagasinait pas vraiment l'information. Pour l'instant, il l'avait en vrai, sous ses doigts, sa peau contre la sienne, et il imaginait encore mal l'avoir uniquement derrière un écran. Et puis ce n'était pas trop son truc, même s'il s'y ferait, s'il n'y avait que ça pour rester proche d'elle. J't'attendrai l'temps qu'il faudra t'façon...


Ses paumes glissaient maintenant sur son ventre, ses hanches, et ses mouvements devenaient de plus en plus passionnés... Quand la jeune fille l'arrêta, visiblement contrariée par quelque chose qu'elle voulait lui dire. Le jeune O'Malley stoppa donc ses caresses, non sans laisser ses mains sur elle, incapable de se détacher. Il fronça les sourcils, en essayant d'enregistrer sa déclaration. En vérité, son esprit était complètement embrouillé, et il faisait de son mieux pour se montrer attentif.
Et puis, tout simplement, il lui sourit, avant de lui retirer son tee-shirt doucement, puis le sien.

    - T'fais d'jà bien plus que tu l'crois... T'imagine même pas l'bien qu'tu... T'réfléchis trop, laisse-toi aller... Chuchota-t-il, en posa ses lèvres, fugaces, sur sa peau ainsi découverte. Bien sur, ils avaient le temps d'apprendre à se connaître, et il comptait bien le prendre, et ne pas la brusquer. T'pourrais pas m'décevoir, Callie, c'pas possible... Tu m'fais confiance ?


Il plongea un instant ses prunelles dans les siennes, pour y lire la réponse. Il n'était pas non plus un expert en sexe, pour tous le temps qu'il avait passé coupé des femmes, mais il savait qu'il l'aimait bien trop pour la presser, la blesser... Il la désirait trop pour que leur union ne soit pas l'apogée de leur relation. Il n'en doutait pas une seconde, et il allait le lui prouver. Lui donner de quoi languir pendant ce long moins loin de lui.
Avec précaution, il s'attaqua alors à la débarrasser de ce short, qui ne cachait pas grand chose de son anatomie envoûtante. Elle n'était peut-être pas formée comme une bombe, mais William adorait plus encore cette simplicité, et il n'aurait pas eu plus envie d'une star au physique de déesse.
A peine le vêtement enlevé, il se pressa de nouveau contre elle, se calant naturellement entre ses jambes, approfondissant ses baisers, ses frottements, si bien qu'il ne restait plus grand chose pour empêcher leur intimité de se rejoindre que quelques morceaux de tissus. Et il voyait bien, à ses réactions, qu'elle en devenait aussi folle que lui.

    - J'te fais pas mal là ? Susurra-t-il dans son cou d'une voix rauque, en s'écartant légèrement pour laisser la place à une main exploratrice de se frayer un chemin dans sa culotte... Elle la garderait, mais cela ne retiendrait pas un petit plaisir égoïste. Il s'était promis de la faire trembler plus que ça encore. T'aimes ça ?


Il menait son enquête, mais il était bien persuadé d'avoir trouvé un point sensible, en s'attaquant avec tendresse à des caresses plus poussées. Il lui laissa à peine le temps de gémir quelques mots, avant de reprendre ses lèvres, lui intimant le silence. Il sentait que si elle se mettait à trop parler, elle analyserait la situation plus qu'il ne le fallait... Et il voulait juste qu'elle profite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Ven 9 Oct - 13:09




Voilà, c’est sorti. Les secondes s’égrènent et je me demande comment il va réagir. Il enlève mon Tee-shirt, puis le sien. Ok. Je ne m’attendais pas à ça mais j’accepte. Je rougis même. Un peu gênée de dévoiler ma poitrine. Et de voir enfin ce torse qui me fait fantasmer sous le tshirt, chaque jour. Je rougis encore plus à ses paroles. Il ne dit rien de cochon et pourtant ça sonne pareil dans mes oreilles. Ai-je confiance ? J’hoche la tête positivement et murmure un :

« Oui. »

Je suis plus capable de parler plus fort. La situation est trop intime. J’ai peur de la briser si je monte le son. Alors il retire mon short, je l’aide un peu. Je ne suis plus qu’en culotte. Celle avec une licorne. Comme mes chaussons. Que je vire au passage.

Je l’accueille tout contre moi, entre mes cuisses, en poussant un petit gémissement. Surprise mêlée à l’excitation. Nos baisers reprennent. Je sens son sexe durcir entre mes jambes. Je lui mords la lèvre tellement ça me fait de l’effet. Pas trop fort. Ca n’a pas l’air de le déranger mais il quitte ma bouche pour me susurrer quelques mots. Sa voix est rauque, profonde, et…

« Oh… ! »

Il a sa main dans ma culotte !! Je jette un œil comme pour être sûre et retombe la tête en arrière. C’est trop bon.

« Oui… »

Ma respiration s’accélère. Je me cambre un peu. Mon corps réclame encore plus, il est avide de ses caresses alors même qu’il lui en donne.

« Will… »

Je ne murmure rien de plus. Il m’embrasse. Je glisse mes mains dans son dos, le griffant un peu chaque fois qu’une onde de plaisir me parcours. Mes gémissements s’entendent malgré nos baisers. On m’a déjà caressée, et c’était souvent très bon ; moi aussi je me suis déjà caressée même si je ne l’avouerais jamais, mais là ! Ca prend une dimension toute autre. Mon bassin ondule légèrement, l’invitant à plus. Je sens ses doigts glisser en moi. Je gémis plus fort. Et là, ma main droite que je ne contrôle plus, je crois, s’aventure entre nos corps, à la conquête du sien. Moi aussi, je veux qu’il gémisse. Je veux le toucher, le sentir vibrer sous mes doigts. Il a encore trop de vêtements, je ne peux détacher son bouton. Je m’arrache à ses lèvres.

« Moi aussi, je veux te toucher. »

J’ai eu du mal à parler mais c’est sorti entre deux inspirations.



_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Sam 10 Oct - 7:23

Will était étonné par cette façon naturelle, mais si sexy, que Calliope avait d'être femme et fille à la fois... D'un côté il y avait ce short court qui attirait le regard sur ses jambes parfaites, de l'autre ces chaussons bizarres en forme d'animal... Cette chevelure rousse envoûtante, et ce regard d'enfant perdu et maladroit, si attendrissant... Et tout plaisait à Will. Il n'aurait pas aimé la femme fatale sans la gamine originale. Elle ne s'en rendait surement même pas compte, relevant son charme à un niveau de plus encore.
Malheureusement, Will était persuadé de n'être pas le seul à avoir craqué pour la jeune botaniste, même si sa jalousie, non alimentée de détails concrets, ne s'exprimait pas vraiment encore. Ce n'était d'ailleurs pas son genre d'aller chercher des problèmes, mais l'évocation de son ex, ou de n'importe quel gars susceptible de l'approcher pour autre chose que de l'amitié avait tendance à l'agacer profondément.

    - Attend, bouge pas... Ordonna-t-il d'une voix douce, en riant légèrement contre ses lèvres, réalisant que sa propre respiration devenait difficile. Il avait tellement envie qu'il n'était pas sur de vouloir qu'elle le sente à pleines mains. J'veux juste... Oh Callie...


Oui, en effet, la tâche devenait de plus en plus dur, et c'était le cas de le dire. Pourtant, il voulait s'occuper d'elle d'abord, qu'elle puisse être certaine de n'avoir rien à craindre, et de le désirer tellement que toute douleur qu'elle aurait pu éprouver soit complètement dépassée par le plaisir. Il introduisit donc un doigt en elle, puis un deuxième, suivant un mouvement langoureux, tout en pression, tout en tendresse, à l'écoute de la moindre de ses réactions pour savoir quand accélérer, ou user de plus de force.
Ses gémissements semblaient agir directement sur lui, et il commençait à avoir beaucoup de mal à se contrôler lui-même, percevant avec justesse à quel point elle aurait été prête à l'accueillir dès à présent, et se retenant pourtant de ne pas le lui faire découvrir.

    - J'sais pas si j'vais tenir longtemps si tu m'touches... S'excusa-t-il presque, en chuchotant, quittant à regret la proximité de sa peau, quelques secondes, pour se débarrasser de son pantalon, et du reste. Il n'avait aucune honte ou gêne de son sexe, qui s'exposait clairement à la vue de la jeune fille, droit et fier, d'une taille tout à fait convenable, ni trop gros ni trop petit. Il n'aurait peut-être pas du parler pour ne pas gâcher le moment, mais il y avait bien trop qu'il voulait lui dire, depuis toujours, et son cœur menaçait d'exploser si une partie de ses aveux ne se libérait pas. J'te veux d'puis tellement longtemps...


Il se recoucha de nouveau contre elle, dans une étreinte serrée, reprenant ses baisers passionnés, tandis que les mains de la demoiselle devenaient plus exploratrices. Il grogna, d'un râle rauque, lorsque la poigne légère de Calliope se referma sur son membre... Comme il avait envie de lui arracher cette petite culotte décorée d'une licorne ! Il l'aurait surement effrayée néanmoins, par son ardeur dans l'action, et il préférait se préparer psychologiquement à une autre fois plus romantique, à tête reposée, quand ils sauraient qu'ils auraient le temps de recommencer encore et encore jusqu'à ce qu'elle soit totalement rassurée sur ses compétences.
Ce qui signifiait qu'il allait bientôt devoir couper court à ces câlins, avant qu'ils ne deviennent trop bouillants, et qu'il retourne à son lit seul...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Mar 13 Oct - 12:43




Je n’en peux plus. J’ai la tête qui tourne, je transpire, mon corps ne me répond plus et mon esprit est en surchauffe. Les mains et les lèvres de Will me possèdent et j’adore ça ! Je veux le toucher, c’est presque vital. Il a peur de ne pas tenir. Je ne sais pas bien ce qu’il veut dire. Parle-t-il de jouir ou de me faire l’amour ? Rien que d’y penser je frémis de désir. N’empêche qu’il m’aide à le déshabiller. Je baissais les yeux pour voir la partie de son corps qui m’était enfin dévoilée. Je me mordis la lèvre inférieure en soupirant. Pire quand il me dit me vouloir. J’avais fini par croire que seuls les mecs dans les fictions disaient ce genre de choses. Je murmure, plus pour moi que pour lui.

« Sois réel, Will, sinon je m’en remettrais pas… »

Il revient contre moi, entre mes cuisses. Son sexe glisse dessus et vient appuyer sur le mien, retenu par ma culotte. C’est tellement bon. Toute à ses baisers, je glisse ma main entre nous pour faire courir mes doigts sur son pénis. Je le découvre, je l’effleure, je le caresse. Je le prends dans ma main et fait des mouvements de va et vient. Il grogne et je gémis. Je rêve qu’il m’arrache ma culotte – je me demande si ça ferait mal – mais quelque part je préfère qu’on n’aille pas plus loin. Même si là, notre première fois serait passionnée, je veux attendre et qu’elle soit tout bonnement magique. En attendant, je me laisse guider par mes ardeurs et prend l’une de ses mains pour qu’il continue ce qu’il faisait si bien juste avant. On bascule un peu sur le côté pour se retrouver face à face, ma poitrine est contre son torse, nos doigts explorent et nos bouches se font l’amour avec passion. Je commence à sentir une vague de chaleur qui remonte, quelque chose d’encore plus fort que mes sensations précédentes. C’est tellement fort que mes gestes sont moins coordonnés. Des petits cris tels de supplications se meurent entre nos lèvres, mon corps tout entier vibre et se tend. Woaw. Je suis totalement submergée par un plaisir intense. J’espère que lui aussi car là, je ne réponds plus de rien. Je me sens vidée de toute énergie. Mes jambes tremblent tandis que je les resserre sur sa main. Je me blottis dans ses bras. Je ne sais même pas quoi dire. Oui, William O’Malley m’a coupé le sifflet.
Je ne sais pas combien de temps s’écoule avant que je reprenne un peu mes esprits. Je m’inquiète alors de lui. Timidement je relève la tête.

« Tu… tu as… ? Je suis désolée, je… pffff c’était trop bon ! »



_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Mer 14 Oct - 3:11

Etre réel ? Will eut un moment de réflexion, qui dura une fraction de seconde, à cette demande de la jeune fille... Que voulait-elle de plus réel que ses doigts en elle, et ses lèvres contre les siennes ? Il n'y avait rien de plus vrai que lui, en cet instant, car tout ce qu'il était, il ne le cachait plus, ni son cœur, ni son esprit, ni son corps. Elle savait tout à présent, l'évidence nue. Et elle n'était visiblement déçue par aucune de ces facettes du O'Malley.
Franchement, il ne savait pas quoi dire pour lui prouver qu'il la retiendrait quoiqu'il arrive, et le plaisir l'emmenait d'ailleurs trop loin pour qu'il puisse produire autre chose que des grognements... Ses doigts sur son sexe, la douceur de la peau de Callie, c'était plus que tout ce qu'il avait imaginé et espéré depuis qu'il la connaissait. Il n'arrivait juste pas à se rassasier assez d'elle, il avait trop envie de s'approprier chaque partie de son être, caresser chaque centimètre de son épiderme, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus se passer de lui.

Il n'avait que trop observer ce sentiment chez ses anciennes fréquentations pour ne pas comprendre ce qu'il était : l'addiction. Will n'aurait pas pu encore l'admettre, mais il montrait déjà beaucoup de symptômes. Même s'il n'était pas le genre de gars à harceler une fille ou la coller comme une huitre, il se rendait bien compte qu'il aurait besoin d'elle, de sa dose, à intervalles constants, au risque de devenir fou, maintenant qu'il y avait goûté.
Il voulait faire avec elle tant de choses... Il avait peur de l'effrayer, presque, s'il lui montrait déjà la passion qui l'animait. Le O'Malley était ainsi : il ne savait pas faire les choses à moitié. Ce n'était que parce qu'il éprouvait quelque chose de plus profond et fort que son instinct pour Callie qu'il ne la prenait pas tout de suite de toutes les manières qu'il imaginait. Si elle ne le vit pas, trop absorbée par sa propre jouissance, William serra pourtant plusieurs fois les fois, crispant les mâchoires, pour se retenir de ne pas lui arracher sa petite culotte.

    - Non... C'pas grave... Répondit-il d'une voix rauque, satisfait de l'avoir fait trembler sous ses doigts, malgré tout. Il avait usé de toutes ses forces pour ne pas exploser, parce qu'il ne voulait pas la dégoûter, ou quelque chose du genre. Après ses aveux, il craignait les limites de ce qu'elle accepterait de lui, et il préférait y aller doucement pour ne pas la faire fuir, lui faire comprendre qu'il la faisait passer avant lui. Quand tu r'viendras...


Oui, quand elle reviendrait de son expédition, les choses seraient différentes. Il prendrait son temps, certes, mais elle y passerait... Et elle aurait eu le temps de se faire à l'idée, et de voir le désir la consumer d'impatience. Il essayerait d'occuper son esprit à autre chose, même s'il savait parfaitement que son obsession pour elle ne se calmerait pas en un mois, ni même en un an de distance.
C'était surement étrange de la part d'un jeune comme lui, qui avait grandi avec des valeurs morales tordues, et des mœurs différentes, souvent difficiles, concernant les relations humaines, mais il pensait au fond de lui qu'elle était la bonne, la femme de sa vie. Peut-être, d'ailleurs, que dans la rue, les sentiments étaient intensifiés, lorsqu'ils existaient... Will n'en avait jamais fait l'expérience, mais il se sentait tout à fait prêt et confiant à se faire tatouer le prénom de la demoiselle sur la peau, et à se battre avec quiconque la regarderait de travers. C'était sans doute des manières qu'elle ne comprendrait pas, pour n'avoir pas vécu les mêmes choses, et enduré le même parcours.
La loyauté et l'honneur étaient des sujets extrêmement sensibles pour ceux qui n'avaient que ça.

    - J'suis content qu'ça t'ait plu... Murmura-t-il, en se serrant de nouveau contre elle, pour profiter jusqu'au bout de sa chaleur, de l'effet apaisant que ses étreintes avaient sur lui. Bientôt, il devrait partir, la laisser faire son sac et s'en aller... Pour l'instant, il ne voulait juste pas se défaire d'elle, et réclamer encore quelques caresses plus sages, juste pour imprégner sa mémoire de ses courbes, de son goût. J'voudrais qu'ça s'arrête jamais.


Elle avait intérêt à se reposer aussi en Egypte, car elle allait prendre en revenant... William était plutôt sportif, et donc, forcément, endurant. Et il ne la lâcherait sans doute pas pendant des heures, une fois qu'il aurait enfin l'opportunité de la serrer dans ses bras à nouveau. Il faudrait qu'ils rattrapent le temps perdu ! Seuls leurs occupations professionnelles les retiendraient surement de ne pas passer plusieurs journées au lit.

    - J'vais t'laisser dormir un peu maintenant... Conclut-il enfin à regret, en s'écartant, reprenant ses habits éparpillés ça et là, avec un sourire malicieux. Ils resteraient en contact de toute façon... Et elle comprenait maintenant pourquoi il ne se prétendait pas fan des sms ou des emails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will Jeu 15 Oct - 13:09




Je me sens égoïste. J’ai pris tout le plaisir qu’il m’offrait et je ne lui en ai pas donné autant.

« Oui, à mon retour… »

Je l’embrasse tendrement. Il y a une heure, j’étais excitée à l’idée de partir et là, je suis perdue. Enfin, je suis toujours heureuse mais je sais qu’il va y avoir un gros manque. Will, sa présence, sa voix, ça va terriblement me manquer. Il murmura quelques mots qui me firent frissonner.

« Moi, non plus… »

Je veux que ça continue ! Je crois que je pourrais devenir une véritable obsédée. Comme la cruche dans le livre qu’Amy m’a offert. 50 shades of Grey. Je vous le dis, il peut aller se rhabiller le Grey et ses idées tordues, mon Will est mille fois mieux !! Je me demande s’il va vouloir me mettre la fessée… Je chasse cette pensée.

« Tu pars déjà ? »

Je veux le retenir mais je sais que ce ne serait pas sage. Nous aurions envie de recommencer et là, pour sûr, je craquerais. Or, je ne veux pas. Je veux que ça dure encore un peu. Je me love contre Will pour un gros câlin. Ensuite pendant qu’il se rhabille, je remets mon Tshirt. Puis je l’accompagne à la porte, des étoiles ou des cœurs plein les yeux. Ou les deux. Je l’embrasse encore.

« Tu vas me manquer. Sois sage ! »

J’ai peur qu’il craque pour une autre fille… Non, pas de paranoïa. Il a dit qu’il m’aimait, il ne va pas me tromper juste pour un mois d’absence. Je lui fais confiance. Un dernier baiser et il s’en va. Je ne le quitte pas des yeux, je le suis jusqu’à ce qu’il disparaisse derrière un bungalow. Je referme alors la porte en soupirant, heureuse. Je retourne dans ma chambre et cri de joie en me déchainant sur mon lit. Un sourire flottera sur mes lèvres pendant des heures.



_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hello, my name is
Contenu sponsorisé
and I love dinosaures





MessageSujet: Re: Longer - Callie & Will

Revenir en haut Aller en bas

Longer - Callie & Will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Johnny Bristol - Love No Longer Has A Hold On Me
» 1950s COUNTRY MUSIC REVIVED Bear Family Release...
» LISTE MAXIS UK septembre 2012
» What Peggy Sue Says...!!
» EDDIE BOND

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park :: 
Isla Nublar
 :: Employees Onlee :: Bungalows :: Bungalow Callie & Jade
-