AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ready To Be Heartbroken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Actrice


MessageSujet: Ready To Be Heartbroken Mar 6 Oct - 22:31



Dean & LaurenReady To Be Heartbroken 

A peine revenus sur Isla Nublar, Thimoty était parti se faire beau pour une rouquine dont il ne nous avait que très peu parlé, malgré mon insistance ; tandis que Sebastian s’était occupé à organiser un rendez-vous pour le soir-même avec sa call girl qui n’en était pas vraiment une. Visiblement, elle bossait pour le parc, une scientifique. En soi, je n’avais rien contre le fait qu’il s’amuse avec cette fille mais je n’avais pas prévu de passer l’après-midi à m’ennuyer seule. J’avais un petit peu du mal quand ces deux-là étaient occupés de leur côté et que j’étais mise de côté. Soit…, se morfondre n’était pas mon genre, alors j’attrapai mon sac et je me rendis au mini-zoo. Là au moins, je pus approcher tous les dinosaures que je voulais, sans avoir personne sur mon dos. Quoiqu’avec le recul, ça avait eu un côté amusant. Mais je ne suis toujours pas sure que Dean ait trouvé ça aussi drôle que moi.


On avait convenu de se retrouver ce soir puisqu’il travaillait en journée. J'avais été tentée d’aller lui dire bonjour dans l’après-midi mais ces petits dinosaures étaient trop choux pour les quitter ! A la base, on avait prévu d’aller au resto. Et puis, sans même m’en rendre compte, je me suis laissée convaincre par un pique-nique. Enfin, qu'avait-il déjà dit au juste au départ ? Un sandwich. Après négociation, on était passé du simple sandwich au pique-nique, pour terminer par un pique-nique sur la plage. Il fallait bien un endroit où se poser et lorsque j’appris que les employés avaient accès à une plage, j’avais lourdement insisté pour qu’on aille là-bas. Au final, c’était même mieux qu’un resto ! J’étais plutôt enthousiasmée par cette soirée. Qui ne le serait pas par une soirée avec un mec comme lui ? Et en même temps, j’avais cette grosse alarme rouge qui retentissait, celle que je n’écoutais jamais, celle qui disait que je ferais mieux de me méfier de lui. Mais me méfier de quoi ? Tôt ou tard, les kilomètres entre nos lieux de vie se chargeront de tout rééquilibrer si besoin était.

Je ne pouvais pas rentrer dans la partie réservée aux employés. Du moins, je ne pouvais pas y entrer sans être accompagnée d’un de ces fameux employés. C’est avec Alec que les portes s’ouvrirent pour moi. On s’était retrouvé en fin d’après-midi, lorsqu’il avait terminé son service au bar de l’hôtel, et on avait prévu de s’y rendre à deux, ce qui éviterait un trajet inutile à Dean pour venir me chercher. Au contraire de ce dernier, je n’étais pas restée en contact avec le barman mais, à lui, je lui avais dit dès le départ que je reviendrai. Je restais de longues minutes à discuter avec Alec devant son bungalow. Il m’avait invitée à venir le visiter, à me présenter éventuellement à ses colocs, un de ses colocs en particulier, mais j’étais déjà en retard. Quatre à cinq minutes, ce qui n’était pas en soi très grave (surtout pour moi) mais je préférais ne pas énerver le maître-chien. Je parierais que lui était du genre à être hyper ponctuel.

Sur base du numéro du bungalow donné par Dean, Alec m’indiqua où aller. Pour être tout à fait honnête, j’adorais l’idée de passer chez Dean avant qu’on aille manger, tout simplement pour voir à quoi ressemblait son logement. Parce que, oui,  je comptais bien y rentrer ! J’hésitais entre le bordel typiquement masculin ou la maniaquerie militaire, éludant toute situation plus nuancée. En tout cas, j’imaginais cette partie « employés » bien moins sympa que ce qu’elle ne l’était en réalité. Alec m’avait expliqué qu’ils avaient même un bar sur la plage. C’était presque mieux que l’hôtel, surtout quand la piscine de l’hôtel était privatisée pour une soirée. J’aperçus Aramis en m’approchant du bungalow. Je pensais qu’il ne m’avait pas remarquée mais quand je m’approchai de la baie vitrée semi-ouverte et que j’y toquai pour m’annoncer, le berger allemand s’approcha de moi et vint renifler mes jambes. Son museau était froid et humide, je connaissais mieux comme sensation ! Du coup, je déposais le sac contenant la partie du pique-nique que j’avais emportée avec la bouteille de vin qui en dépassait (je n’avais vraiment pas envie de ne manger qu’un sandwich alors j’avais proposé qu’on contribue tous les deux à ce pique-nique), mon sac à moi, et je m’accroupis à hauteur d’Aramis pour lui caresser la nuque. Ce qui n’était pas spécialement malin pour me protéger de lui.

« Coucou toi ! Tu me reconnais ? J’espère que tu me reconnais parce que je n’ai pas envie de me faire mordre ce soir. »


Heureusement pour moi, Aramis n’était pas un chien agressif par nature. Et heureusement pour moi aussi, Dean était en fait tout près. Ce fût lorsque je sentis une présence derrière moi et, surtout, le berger allemand qui m’abandonna pour aller près du grand brun que je le réalisai.

« Salut. »


Je me relevai et frottai mes mains l’une contre l’autre pour faire tomber les éventuels poils d’Aramis de celles-ci.

« Pas aussi rapide que ton chien pour m’accueillir. »

Je lui souris à ma petite pique tout en haussant les sourcils dans un même mouvement. 
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Maître chien
Localisation : avec Aramis


MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken Jeu 8 Oct - 17:52



ready to be heartbroken / lauren&dean

À charge de revanche, Dean s'était arrangé avec Aiden pour avoir sa soirée du premier juillet. L'avantage d'être ami avec son collègue, c'était qu'ils pouvaient échanger leurs horaires comme bon leurs semblaient. Il y a quelques jours, Aiden avait demandé à Dean de prendre son soir puisqu'il avait un dîner de prévu avec une femme. Et pas n'importe laquelle, la responsable des ressources humaines à Jurassic. Une blonde, la trentaine et mère d'un petit garçon. Elle n'avait pas l'air bien rigolote, pas vraiment le style de Dean mais elle semblait faire tourner la tête à son pote qui semblait aimer les défis. Le maître chien faisait confiance à Aiden, il arriverait à ses fins. Ou peut-être pas. Toujours était-il que c'était à son tour de lui demander un service. Un peu dans le même genre que celui qu'il avait rendu à Aiden. Ce soir, il devait revoir Lauren. Une vieille connaissance, ou presque.  La dernière fois qu'ils s'étaient vu, ils s'étaient quittés en assez mauvais termes. Ça aurait pu en rester là mais Dean en avait décidé autrement. Il avait réussi à chopper le numéro de téléphone de la belle brune grâce à une fille qui bossait aux registres des hôtels. Il avait fini par lui envoyer un simple sms. Ce n'était pas pour lui courir après, ce n'était pas son genre mais c'était plus comme pour lui montrer qu'il n'était pas fâché et surtout qu'il ne voulait pas en rester là. Après une petite insulte de la part de la jeune femme, les deux avaient fini par trouver un terrain d'entente. Ils avaient même prévu de se revoir. Selon Lauren, Dean lui devait un resto. Lui ne l'entendait pas de cette oreille. La revoir ok, lui payer un resto sans.. aucune assurance derrière, pas ok. Il avait réussi à la convaincre que finalement, un pique-nique ferait l'affaire. En fait, c'était plus un compromis. Lui se serait bien contenté d'un simple sandwich et elle, elle avait "exigé" au moins un pique-nique et sur la plage privée des employés. Cet accord lui semblait de bonne guerre. Le militaire était passé rapidement durant sa pause du midi à la cafétéria pour demander si c'était possible d'avoir un truc préparé sur place, de la nourriture pratique à manger sur la plage et bonne à la fois. Il avait dû payer bien-sûr ce qui était une grande chose pour lui et les oursins qu'il avait dans les poches. Mais bon, parfois il devait faire des sacrifices! Il allait peut-être prendre une bouteille de sa réserve, qui sait.
Sa journée de travail passa assez lentement. Il avait commencé très tôt, il était fatigué et il n'y avait eu aucun événement marquant dans la journée, pas d'action, pas de problème. Il ne devrait pas s'en plaindre mais il devait avouer que c'était bien plus exaltant quand quelque chose de plus 'important' se passait. Comme lorsqu'une certaine personne décidait de passer par dessus une barrière pour rejoindre des dinosaures par exemple.
Aramis toujours à ses côtés, Dean débaucha vers 17h30/18h. Il regagna son bungalow mais quelques minutes plus tard, il décida d'aller faire quelques "longueurs" dans cette mer bleue azur. Il avait besoin de se défouler un peu. Il jeta un coup d’œil à sa montre, il avait encore le temps. Aramis le regarda s'en aller, sûrement trop flemmard en cet fin d'après-midi pour le suivre. Le jeune homme ne se rendit pas vraiment compte du temps qui passa lorsqu'il était dans l'eau. Aussi, il finit par se hâter de rentrer, pour ne pas être trop en retard. Déjà que c'était un chieur, un enfoiré, il ne manquerait plus qu'il soit négligent sur l'heure! Encore trempé, en short de bain et avec un t-shirt posé sur ses épaules à la vite, il débarqua hâtivement à son bungalow où il aperçut Aramis en charmante compagnie. Dean passa rapidement sa main dans ses cheveux, pour enlever les quelques gouttes qui perlaient encore sur ses cheveux; en attendant que Lauren ne remarque sa présence. Aramis donna le signal en débarquant joyeusement près de son maître. Il n'aimait pas rester sans Dean bien longtemps. Dean lui donna une caresse au sommet de son crâne, alors que le berger se dandinait à ses pieds. Lauren se releva promptement, saluant l'homme avec qui elle allait passer la soirée. Et à l'instar de Lauren, Dean sourit à la remarque qu'elle venait de faire. Elle voulait gentiment ouvrir les hostilités? Pas de problème!


- Et toi tu ne m'accueilles pas aussi chaleureusement que tu le fais avec mon chien! lâcha-t-il en étirant un peu plus son sourire, dévoilant presque ses dents


Il s'approcha un peu de Lauren, posa une main sur son épaule et lui fît deux bises.


- Ça va? Désolé, je suis pas trop présentable. Tu me donnes cinq minutes, si t'es pas trop pressée de passer du temps en ma charmante compagnie de chieur ou d'enfoiré je sais plus le terme exact!


Il s'était senti obligé d'à son tour, continuer dans ce petit jeu de "une pique pour une autre". Sans rancœur bien-sûr, son ton était d'ailleurs joueur.
Dean poussa un peu plus la baie vitrée pour s'y frayer un chemin, indiquant à Lauren qu'elle pouvait le suivre si elle le souhaitait. En moins de temps qu'il ne fallut pour le dire, Dean avait enfilé ses vêtements; dans sa chambre; et rejoignit à nouveau Lauren.


- T'es de nouveau en vacances alors? T'as fait bon voyage?


Questions banales mais question de politesse.
  


made by LUMOS MAXIMA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Actrice


MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken Jeu 15 Oct - 22:11



Dean & Lauren ♦ Ready To Be Heartbroken 

Je m’étais levée en me retournant vers Dean et comment dire… Mon souffle se coupa certainement pendant quelques millisecondes. Quel putain de torse ! Sans parler de ses biceps. Je ne pus m’empêcher de sourire en le découvrant quasi dévêtu mais peu importe. Qu’il le voie, qu’il en prenne conscience, peu importait, oui. J’imaginais mal quiconque pouvant rester de marbre face à cela. Juste peut-être que quiconque n’avait pas un coup de chaud, comme moi. Pourtant, avec mon short et mon chemisier sans manche, j’avais de la marge, mais ce n’était pas ce genre de coup de chaud. Lui lancer une gentille pique fût ma défense. Et du tac au tac, il répliqua un gentil blâme dans la même veine. J’adorais cela chez lui, son répondant. Mais dorénavant, plus autant que son corps. Je lui rendis son sourire, pour sa remarque plus que bien trouvée. Sur ce coup-là, je m’inclinais.


Sans tarder, il s’approcha ensuite pour m’embrasser. Une bise sur chaque joue. Autant dire que l’avoir aussi près de moi, sa main sur mon épaule et aussi peu vêtu avec la peau humide, mes pensées furent loin d’être saintes. Il fallait vraiment que je me reprenne parce que je ne devais pas oublier qu’il avait couché avec ma mère. Cette seule pensée avait le mérite de me ramener directement les pieds sur terre. Sur terre et sur ses paroles. Il me fit à nouveau sourire lorsqu’il glissa cette allusion aux doux petits noms que je lui avais donnés. Je notai que même s’il en plaisantait, il ne semblait pas les oublier. Mais ça ne m’empêcha pas de lui répondre d’une voix bien plus basse que d’habitude. 


« Enfoiré… Je veux dire, au final, je pense qu’enfoiré te convient mieux. »


Ça, c’était pour sa tenue. Je doutais que ce fût fait exprès, d’autant plus qu’il rentra sans attendre dans son logement et me laissa seule après m’avoir invitée à entrer, mais ça n’avait pas d’importance. Après avoir lorgné sur son dos tout aussi magnifique que les abdos, j’entrai dans le bungalow. Je fus plutôt étonnée par le côté cosy du lieu, j’imaginais quelque chose d’un peu moins confort. Ils les chouchoutaient vraiment leurs employés. Je déposai les sacs sur une chaise avant de m’avancer dans la pièce de vie. Je ne fouillai pas, je ne me permettrais pas, mais je ne me gênai pas pour regarder ce qui composait la déco et les éléments perso de la pièce. Sans toucher, les mains croisées dans le dos. Assez masculin, mais rien de plus normal. L’endroit n’en restait pas moins chaleureux avec le bois et la luminosité du bungalow. J’entendis rapidement des pas se rapprocher et je m’appuyai sur un le rebord du canapé, comme si je l’attendais là depuis quelques minutes. Je baissai le regard sur mes pieds avant de relever la tête en souriant à ses questions. 


« De nouveau en vacances, oui. C’est un peu exagéré, je sais. »


Il n’avait fait aucun commentaire désobligeant sur ce sujet mais je l’admettais volontiers. Seulement, ce genre d’exagération ne faisait aucun mal à personne, que du contraire.  


« Mais pour ma défense, je ne travaille quasi pas en été. C’est la basse saison pour moi. Et pour le voyage, je n’ai pas vu le temps passer, à peine six heures de vol depuis LA. En fait, j’ai dormi les trois-quarts du temps. »


Souriant légèrement, je jetai un regard sur l’ensemble de la pièce, l’air de rien, en tapotant des mains sur mes cuisses.


« Il est sympa ton bungalow. Tu vis seul ici ? »


Je le laissai répondre, j’écoutai même sa réponse, mais je me redressai très vite en me rappelant d’une chose.


« Oh, avant que je n’oublie… »


Je me dirigeai vers mon sac à main et en sorti un paquet cadeau. Emballé simplement, dans du papier visiblement recyclé, pas de fioritures et une bouteille visiblement. 


« Pour toi. Tes trente ans. Faire passer la pilule, tu sais...»


Je lui souris et une fois qu’il eut pris le cadeau, je levai mon index pour le mettre en garde en grimaçant très légèrement, juste avant qu’il ne commence à ouvrir ses présents.


« Sache juste que c’est plutôt difficile de trouver un cadeau d’anniversaire à quelqu’un qu’on connaît à peine et qui vit au milieu de nulle part. »


J’avais quand même hâte qu’il l'ouvre, j’espérais ne pas avoir raté mon coup. J’adorais offrir des cadeaux, mais je détestais faire chou blanc. Si ça ne plaisait pas, ça m’enlevait la majeure partie de mon propre plaisir. Très égoïste dans le fond. J’avais porté mon choix sur deux éléments différents. Une bouteille de whisky, parce que c’était ses trente ans, parce que cette nouvelle dizaine méritait une attention particulière, parce qu’on savourait le whisky et que tous les mecs aimaient cette boisson, à de rares exceptions près. J'avais pensé à un livre mais je ne connaissais pas ses goûts en matière de littérature et surtout, je ne savais pas ce qu’il avait déjà pu lire. Il aimait cela, je le savais par les cours qu’il avait suivis dans le passé ou ne fût-ce que par le nom de son chien. J’avais bien entendu pensé à me tourner vers Dumas mais s’il aimait cet auteur, je ne ferais que lui offrir un livre qu’il connaissait certainement déjà, ce qui était plutôt nul. Par contre, contre la bouteille se trouvait une photo type polaroid un peu plus personnelle qu'une simple bouteille d'alcool. Sur cette photo apparaissait des stégosaures prit au milieu de la nature. En réalité, pris au milieu de la plaine parcourue en temps normal par les gyrosphères. Et sur la partie blanche de la photo était écrit à la main : « Malgré tout, merci :-) L. ». C’était avant tout pour son anniversaire qui avait eu lieu il y a quelques jours, je ne savais même pas quand exactement, mais aussi pour me faire réellement pardonner du coup dans le dos que je lui avais fait (et que je ne regrettais malgré tout pas).
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Maître chien
Localisation : avec Aramis


MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken Jeu 21 Jan - 23:06



ready to be heartbroken / lauren&dean

Le maître chien était plutôt enchanté de revoir Lauren, d'autant plus qu'il s'agissait d'un autre contexte que les fois précédentes. Cette fois-ci, Dean était pleinement conscient de la présence de la jeune femme (et surtout il ne venait pas pour sa mère). Cette fois-ci, il n'était pas en service. Bien-sûr, ils étaient toujours au même endroit mais la situation était différente. Différente et plus plaisante, il osait l'envisager. Et en voyant le regard que Lauren posa sur lui en se relevant, il n'en doutait pas que pour elle, cette soirée commençait de façon bien plus agréable. Un brin trop sûr de lui, Dean n'avait pour le coup pas prévu son arrivée à moitié habillé, à moitié dénudé. Il l'aurait même accueilli complètement vêtu s'il était arrivé cinq minutes plus tôt. Mais la voir presque lorgner sur son torse nu lui apporta une certaine satisfaction personnelle. Il se garda bien de faire quelconque réflexion pour le moment mais savoir que cela ne semblait pas la laisser indifférente était… Bon à savoir. Il se contenta de lui répondre comme il savait le faire, comme ils savaient le faire ; en se rapprochant d’elle pour lui faire la bise et instaurant un futile contact physique. Reprenant rapidement ses esprits, Lauren lui affirma qu’en réalité ‘enfoiré’ était sans doute le mot qui lui correspondait au mieux. Dean se mis à rire en secouant la tête ; libérant ainsi de nouvelles gouttes d’eau.


- Trop aimable à toi, lâcha-t-il avant de se faufiler à l’intérieur du bungalow


Quelques secondes plus tard, la belle brune le succéda ; pénétrant à son tour dans le salon. Il ne l’invita pas à se mettre à son aise, songeant que cela n’était pas nécessaire et qu’elle le ferait sûrement naturellement. Sans trop non plus en faire. Elle semblait être assez bien éduquée et respectueuse pour cela. Ce qui se confirma rapidement. Lorsqu’il sortit, il la trouva appuyée sur le rebord du canapé. Aramis était lui aussi rentré et restait debout, fixant la jeune femme. Le berger allemand donnait l'impression d'apprécier la brunette mais elle était sur "son territoire" et il ne la connaissait pas encore réellement, alors il restait un peu aux aguets. Rien de bien méchant bien-sûr, Dean n'aurait pas pris un tel risque. Lauren ne semblait toute fois pas faire attention au mousquetaire à quatre pattes puisqu'elle regardait ses pieds avant de ne poser ses yeux sur Dean qui venait de revenir, répondant à ses questions; avec toujours ce sourire aux lèvres. Dean leva les mains à hauteur de son propre visage lorsque Lauren déclara que c'était exagéré et commença une autre phrase par "pour ma défense". Sa façon à lui de montrer qu'il n'avait rien dit et qu'il n'en pensait rien de médisant.


- Ça fatigue tant que ça les vacances? la questionna-t-il gentiment lorsqu'elle dit qu'elle avait dormi les trois quarts du temps en fait, tant que tu peux te le permettre, t'as bien raison!


Lui n'était pas vraiment comme ça. Du moins, il en était persuadé. Il était intiment persuadé que, dans l'hypothèse où il pouvait se le permettre, il préférerait ne pas "exagérer" des vacances. Cette conviction (qui ne pouvait se confirmer) lui venait sans doute de l'éducation militaire que son père lui avait inculquée.
Sans rien ajouter, le regard du brun se posa sur les mains de Lauren, qui tapotaient ses cuisses. La posture qu'elle avait, à demi assise sur le rebord du canapé, faisait remonter très légèrement son short et il faut croire que ce fût au tour de Dean de lorgner une fraction de seconde sur les jambes de la jeune femme. Son regard remonta lentement vers le visage de Lauren avant qu'il ne lui réponde.


- Non, pas tout à fait. Il y a quatre chambres dans le bungalow et pour l'instant, on est trois. Il y a une fille avec un prénom et un nom imprononçable, je la vois quasiment jamais. Et il y a Aiden, mon meilleur pote et son husky. C'est un maître chien aussi. Je ne te le présenterais pas, tu risquerais de craquer


Le regard empli de malice il fixa son interlocutrice. Il la regarda également se redresser et se diriger vers son sac avant de n'y sortir un paquet cadeau. Il ne fallait pas s'appeler Sherlock Holmes pour deviner ce qui se trouvait sous ce papier cadeau mais à dire vrai, il n'y prêta pas attention dans un premier temps. Il n'y prêta pas attention parce qu'il pourrait y avoir n'importe quoi sous ce papier qu'il en serait touché. Dean avait beau être un chieur, un enfoiré, un radin et tout ce qu'on veut, il n'en était pas moins insensible. C'était le genre de 'petites' attentions qui ne pouvait que lui faire plaisir. Ils avaient brièvement parlé de son anniversaire par sms, avant qu'elle ne se moque gentiment de son 'âge avancé' mais Dean ne pensait pas pour autant qu'elle allait lui ramener quelque chose. En fait, à dire vrai, en la voyant sortir ce cadeau sa première pensée fut de se dire, avec étonnement, qu'elle n'avait pas oublié. Son visage passa sans doute par plusieurs phases. La surprise et une espèce de joie niaise notamment. Sur ce point là, Dean n'avait pas grandi. Il était toujours comme un gosse lorsqu'il devait ouvrir un cadeau. Il prenait presque d'ailleurs autant de plaisir à ouvrir le cadeau qu'à 'utiliser' le cadeau en lui-même. Il eu un rire aussi, lorsqu'il entendit Lauren dire que c'était pour faire passer la pilule. Il voulait d'ailleurs répliquer mais la jeune femme leva son index. Dean pensa que c'était une façon de dire "tais toi" mais elle enchaîna, affirmant que la tâche de lui trouver un cadeau s'était révélée difficile.


- Je veux bien te croire, fallait pas!


Le cadeau en main, il y jeta un rapide coup d’œil.


- Je dis ça par politesse en fait... J'adore les cadeaux, lâcha-t-il en rigolant, merci.


Qu'importe ce qu'il y avait dedans, merci.
Il commença à déchirer un bout du papier quand il releva à nouveau son regard.


- Tu sais que la pilule elle passe plutôt bien, tu sembles être la seule à bloquer sur le chiffre trente!


Il avait dit cela sur le même ton qu'elle, avec le même sourire.
Le papier se déchira facilement sous ses doigts et rapidement il vit qu'elle lui avait offert une bouteille de whisky. Ça tombait plus que bien car il adorait ça. C'était même son alcool de prédilection. Son sourire en coin se transforma en un grand sourire mêlé à un rire à peine audible lorsqu'il aperçut la photo. Il ne lui fallut pas plus d'une seconde pour reconnaître les stégosaures du parc et surtout pour reconnaître d'où cette photo avait été prise. Le mot laissé par Lauren le fît sourire encore un peu plus.


- C'est vrai que ça rend plutôt bien finalement, ça en valait presque la peine!


Il se rapprocha à nouveau pour faire une nouvelle bise à Lauren


- Merci encore, c'est gentil de ta part. Même si c'est parce que je te fais de la peine à être vieux maintenant, c'est gentil


C'est vrai qu'il sincèrement touché par ce genre d'attention. Il déposa la bouteille sur le bar en se dirigeant vers la cuisine. Il y ouvrit le frigo et en sortit des espèces de doggy bag/plateaux repas améliorés.


- Tu vas être contente toi aussi, j'ai prévu autre chose que des sandwichs.


Il se retourna vers Lauren pour lui montrer ce qu'il venait de sortir du frigo.


- Je vais être franc je ne sais pas trop ce qu'il y a là dedans, je l'ai commandé au resto des employés en insistant sur le fait que ça devait être pratique ET bon. J'ai passé sous silence le fait que je risquais de m'en prendre une si je me ramenais avec quelque chose de pas top ou... Un sandwich.


Dean déposa le tout dans un sac en tissu épais, où il plaça également une bouteille de vin blanc et une de rosé ainsi que des verres. Il avait hésité entre les deux alcools alors il avait décidé de prendre les deux. Il n'était pas vraiment fan de ce dernier alcool mais il avait remarqué que les femmes en raffolaient. En général. Et après une hésitation, il y déposa également la bouteille que Lauren venait de lui offrir.


- Si tu es prête à y aller? Tu n'auras sans doute pas besoin de tes chaussures!


Dean attendu le signal, si Lauren avait quelque chose à faire avant ou non, puis il se faufila à nouveau par la baie vitrée mais pour sortir cette fois. Suivi de la brunette et bien-sûr d'Aramis. Celui-ci se mis à cavaler vers la plage. Il les suivrait de loin. Le spot promis à la belle n'était d'ailleurs pas vraiment loin. Cinq ou dix minutes à tout casser. Cinq ou dix minutes de marche dans le sable blanc et fin, bercé par le bruit des vagues qui venaient s'éclater au bord de la plage.


- En fait je suis un peu en vacances toute l'année moi aussi...


Il insista sur le "moi aussi" avant de ne faire un clin d’œil à Lauren.
Ils arrivèrent rapidement à l'endroit préféré de Dean. Un coin un peu plus reculé où peu d'employés passaient à cette heure-ci. Il était un peu sur-élevé, une petite dune en somme. Il offrait une vue imprenable sur la plage, sur l'océan à perte de vue et plus tard, sur le soleil qui se coucherait.


- Tu ne trouves pas que ça vaut mieux qu'un restaurant? Surtout si on est en bonne compagnie! lança-t-il sans lourdeur
  


made by LUMOS MAXIMA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Actrice


MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken Lun 1 Fév - 23:22



Dean & Lauren ♦ Ready To Be Heartbroken 

Dean ne tarda pas à revenir dans la pièce de vie du bungalow, habillé cette fois. D’un côté c’était bien dommage, mais de l’autre le contraire aurait été gênant. Pour répondre à ma question, il m’expliqua qui étaient ses colocataires. Visiblement, ça avait l’air de se passer plutôt bien puisqu’il vivait ici avec son meilleur pote et une nana qu’il ne semblait pas connaître mais qu’il ne voyait jamais. Une combinaison plus que convenable semblait-il à ses yeux. Et puis, il crut amusant de me préciser que son meilleur pote, justement, n’allait pas m’être présenté, au risque je craquerais.


« Ah ? Je n’ai pas le droit de craquer sur ton coloc ? »



En souriant légèrement et en haussant les sourcils avec amusement, je soutenais le regard malicieux que Dean fixait sur moi tout en posant ma question, qui était loin d’être innocente au vu du ton que j’avais utilisé. C’est lui qui était craquant à me regarder de la sorte. Et c’est certainement pour cette raison que je fus la première à cesser de le fixer. Ni une ni deux, j’allai à mon sac pour lui offrir mon petit cadeau d’anniversaire. Rien d’extraordinaire mais j’espérais sincèrement que cela lui ferait plaisir. Et ça en eu tout l’air. J’adorais faire mouche, c’était la cerise sur le gâteau du plaisir que j’avais à offrir des petits cadeaux aux gens autour de moi. Je ne prenais pas beaucoup de risque avec une bouteille de whisky mais il aurait pu être l’une de ces personnes qui ne boit jamais d’alcool, qui sait.

Toutefois, il disait ne pas du tout être perturbé par cette histoire de trentaine. L’âge qui passe, ça ne devait être qu’une histoire de nana.

« Si tu n’as pas besoin de faire passer la pilule de la trentaine, je reprends la bouteille alors ? »



Il venait de me faire la bise, il était assez proche de moi pour que je saisisse la bouteille, ce que je fis sans attendre. A nouveau, je lui souris avec amusement. Je connaissais d’avance la réponse mais ce n’était pas une raison suffisante pour ne pas le titiller à ce sujet. Au bout de quelques secondes, je me mis à rire et je relâchai sa (désormais) bouteille. Ce cadeau était à lui, il était hors de question que je le reprenne.

Dean sortit ensuite de son frigo notre pique-nique en insinuant que je lui en aurais foutue une si ce n’avait été qu’un sandwich. Exagérément, je mis une main sur mon corps en ouvrant la bouche de stupéfaction.

« Quoi !? Mais je n’ai jamais dit que j’irais jusqu’à de la violence physique. T’es vraiment culotté d’insinuer ça, toi ! »



Mais je ne le prenais pas mal, loin de là. Comme toujours, ce petit jeu dans la provocation m’amusait. D’ailleurs je me mis à rire en m’approchant du sac et en jetant un coup d’œil à son contenu. Je le regardais y mettre trois bouteilles d’alcool, rien que ça. Je ne dis rien mais je le regardais avec insistance et amusement.

« Tu crois qu’on aura assez à boire ? Parce que… »

Et tout en parlant, je sortis de mon propre sac une autre bouteille de vin. Du rosé. Je lui souris tout en la tenant à la hauteur de mon visage, juste avant de la lui donner.

« Mais elle n’est plus très fraîche. Tiens, prends la, elle sera mieux dans ton frigo. »



Ensuite, sur les conseils du maître-chien (après un « vraiment ? » pour lui demander s’il était sérieux ou pas), j’enlevai mes sandales. En fait, l’idée de marcher pieds nus ou même d’un rendez-vous pieds nus, me plaisait énormément. Si je laissais mon sac à main et mes sandales, mon portable fut toutefois emmené (c’était un minimum). Je mis sur mon épaule les lanières du sac contenant les quelques provisions que j’avais moi-même emportées et je le suivis en dehors du bungalow.

Une bonne partie du trajet se passait de tout commentaire ou de toute conversation. L’endroit était tout simplement splendide. Pendant quelques dizaines de mètres, tant que l’on longeait l’océan, j’allais marcher au bord de l’eau, juste pour le plaisir d’avoir les pieds mouillés. Dean me dit qu’il avait la sensation d’être en vacances toute l’année. Je relevai la tête en lui souriant… Jusqu’à ce que je comprenne ce qu’il sous-entendait avec son « moi aussi ». Il put lire sur mes lèvres un petit « enfoiré », ma nouvelle insulte préférée lorsqu’il s’agissait de lui. Je ne lui en tins évidemment pas rigueur mais ce n’était qu’à charge de revanche !

On grimpa ensuite en haut d’une colline et ce ne fût qu’une fois arrivée en haut de celle-ci que je me rendis compte à quel point la vue était grandiose. Même s’il avait déjà déposé ses affaires, j’en étais encore à admirer ce qui était à nos pieds. Je mis quelques secondes à réagir à ce qu’il venait de dire. Tout ça n’avait rien à voir avec un restaurant, c’était certain. Je me retournais vers lui et déposai mon sac sur le sable.

«  Oh tais-toi, je ne veux pas savoir combien de nanas tu as ramenées ici avant moi. »



Je ne le regardai pas mais je me mis à sourire. Je m’en fichais pas mal au fond. Une jambe après l’autre, je me mis à genoux dans le sable. Je lui jetai quelques coups d’œil amusés tout en sortant ce que j’avais emporté : de la salade de pâtes et de la salade de fruits. Tout était végétarien bien entendu. Et tout provenait malheureusement d’une supérette. Je ne sortis que ce qui était nourriture et me mit à le questionner, les questions fusant l’une après l’autre, comme pour le prendre à défaut (d’avoir voulu m’emmener en dehors d’un restaurant).


« Tu as emporté des serviettes ? »



« Des couverts ? »



« Assiettes ? »



« Un ouvre-bouteille ? »

Là, sur cette dernière question, je plantai sérieusement mon regard dans le sien en le questionnant. On serait vraiment mal s’il n’en avait pas car à défaut du reste, je n’en avais également pas emporté un.


« Dis-moi la vérité… Tu voulais placer le plus de distance possible entre un dinosaure et moi ? Ou alors, sous les airs que tu te donnes, tu es un incorrigible romantique ? »



J’affichais un sourire au coin de mes lèvres tout en lui posant ma question. Je ne pensais pas le moins du monde qu’il me répondrait positivement pour l’une ou l’autre interrogation. Je ne cherchais même pas plus loin une explication en vrai. J’imaginais simplement qu’il aimait cet endroit. Point. Je m’assis sur le sable et glissa mes doigts dans le sable. J’adorais cette sensation, pas autant que le sable qui s’engouffrait entre mes orteils mais on n’en était pas loin. Je regardais pendant quelques secondes l’océan là-bas au loin, avant de prendre appui sur mes mains et de tourner la tête vers lui pour lui demander sérieusement cette fois :

« Comment on passe d’un travail à l’armée à bosser à des milliers de kilomètres des US, dans un parc rempli de dinosaures ? »

©clever love.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Maître chien
Localisation : avec Aramis


MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken Dim 14 Fév - 23:00

Dean Fawley a écrit:


ready to be heartbroken / lauren&dean

C'etait amusant de voir qu'une phrase pouvait avoir plus d'importance qu'une autre auprès de certaines personnes. Il lui avait dit qu'ils étaient censés vivre à quatre ici, qu'une fille au nom et prénom imprononçable vivait ici, qu'il y avait également un autre chien qu'Aramis ici, qu'il s'agissait du chien de son meilleur pote qui vivait lui aussi ici. Il avait également glissé qu'il ne lui présenterait pas celui-ci; pour ne pas qu'elle craque sur le grand blond. Et c'était cette phrase que Lauren avait, en toute logique, retenue et relevée. Il fallait dire que le regard que lui lançait Dean à l'heure actuelle pouvait en dire long. Celui-ci secoua d'ailleurs la tête, négativement, lorsque la belle brune lui demanda sur un ton, semblable au regard de son interlocuteur, si elle n'avait pas le droit de craquer sur son collocataire. En secouant la tête, Dean lâcha un « non » assez catégorique avant d'en rire légèrement. Il en riait mais lui-même ne savait pas s'il était sérieux ou si c'était simplement le genre de blague qu'il aimait faire pour faire comprendre sans être trop lourd à une fille qu'elle lui plaisait; un peu. En réalité, si, il le savait. Au fond, ça lui ferait quand-même chier un minimum si Lauren craquait sur Aiden. Il n'était pas du genre jaloux ou possessif (d'ailleurs, il n'avait rien à posséder à cet instant), il était même ouvert mais... Pas Aiden; pas la fille de son ex avec son meilleur pote et colloc', ça serait bien trop compliqué. Comme si le fait d'être attiré par la fille de son ex ne l'était pas! Toujours était-il qu'ils changèrent rapidement de sujet. Lauren avait détaché son regard de celui du maître chien, qui persistait pourtant à la fixer. Elle s'afférait à sortir et offrir son cadeau à Dean, qui après l'avoir remerciée, lui affirmant que la pilule n'avait aucun mal à passer. Lauren profita de la proximité du brun et feinta alors de lui reprendre la bouteille de whisky qu'elle venait de lui offrir. Pas le temps de réagir, la bouteille était déjà dans ses mains, pour seulement quelques secondes. Ces quelques secondes où Dean tâcha de faire l'homme choqué et triste, le genre de tête que pouvait faire son fils quand on lui faisait une blague qu'il n'appréciait pas. Seulement lui, il avait trente ans et une barbe qui le rendait beaucoup crédible et attendrissant.
Plus tard, dans la cuisine, la californienne joua elle aussi la fille choquée. Sauf qu'elle, elle était beaucoup plus crédible et même si elle exagérait expressément, c'était son métier. Elle déclara que Dean était culotté d'affirmer qu'elle irait jusqu'à la violence physique.


- C'est pas forcément mauvais tu sais, lâcha Dean en continuant innocemment ce qu'il avait commencé.


Il ne se rendait pas vraiment compte que trois bouteilles, ça pouvait paraître beaucoup. En fait, c'était surtout parce qu'il ne savait pas ce que préférait boire Lauren; alors avec du blanc et du rosé il était quasiment sûr de faire mouche au moins pour une des bouteilles! La confirmation arriva rapidement lorsque Lauren sortit à son tour une bouteille de rosé. Dean se mis à rire à la vue de la troisième bouteille de vin.


- Vaut mieux la laisser ici oui, sinon on va croire que j'essaye de te saouler, je vais passer pour je ne sais pas quoi après!


Le frigo fît alors refermé, avec une nouvelle bouteille à l'intérieur et Dean indiqua à Lauren qu'avant de partir, elle pouvait laisser ses chaussures ici. Le jeune homme ne put s'empêcher de secouer la tête lorsqu'elle lui lâcha un "vraiment?". Il avait oublié qu'il lui avait trouvé un petit côté princesse la dernière fois! Forte heureusement, elle ne râla finalement pas en laissant ses chaussures et sac au bungalow. Le trajet se passa plus ou moins dans le silence, rythmé par le bruit des vagues et d'Aramis qui aboyait de temps à autre. Dean ne put cependant pas s'empêcher de lancer à nouveau une légère pique à Lauren. Il aimait bien faire cela, c'était comme une espèce de petit test. Savoir jusqu'où il pouvait aller, savoir si elle n'était pas du genre à se vexer pour un oui ou pour un non. Fort heureusement, ce n'était pas le cas et Dean devait avouer qu'il adorait ça!


- Encore des mots doux, ça fait deux fois et la soirée ne fait que commencer; j'avais peut-être pas tout à fait tort en disant que j'allais m'en prendre une


Il le cherchait bien; peut-être.
Arrivés au spot qu'il voulait, Dean commença à s'installer directement alors que Lauren bloqua quelques instants sur la vue. Dean ne s'en laissait pas mais il pouvait maintenant se contenter de la regarder assis. Mais ça le faisait toujours sourire, gentiment, de voir les personnes bloquer. C'était son endroit préféré, la vue était vraiment imprenable et inégalable selon lui. Lauren déclara qu'elle ne voulait pas savoir combien de filles Dean avait déjà emmené ici. L'ancien militaire détacha son regard de l'horizon pour regarder la femme debout à côté de lui. Elle regardait la mer mais elle souriait. C'était une bonne chose qu'elle ne voulait pas savoir et avec un peu de chance, elle s'en moquait réellement.


- Ça rendrait l'endroit moins beau de le savoir?


Dean lâcha cette phrase d'une façon presque inaudible, sans s'en rendre compte. Et sans s'en rendre compte également, il allait subir un mini 'interrogatoire' sur le contenu de son sac. Le regard amusé, Lauren le questionnait si rapidement qu'il n'avait même pas le temps de dire ne serait-ce qu'un mot. Des serviettes? Merde, le con. Si elle parlait bien de serviettes en papier, il devait bien avoir un paquet de mouchoir fermé qui traînait dans son sac ou une poche. Pas très glamour. Des couverts et assiettes? Il osait espérer qu'il y en avait dans les plateaux qu'il avait commandé. Au prix où il les avait payé! En réalité, ils ne lui avaient clairement pas coûté un bras mais pour lui, c'était énorme. Même s'il avait économisé de l'argent par rapport à un restaurant. Un ouvre bouteille? Dean se pencha brusquement vers son sac.


- J'ai! cria-t-il en brandissant tout fier son tir bouchon je suis sûre que tu croyais que j'oublierai le plus important!


Joignant l'acte à la parole, il attrapa la bouteille de rosé, prêt à l'ouvrir pour la belle brune. Jusqu'à ce que Lauren ne lui demande s'il l'avait emmené ici pour ne pas qu'elle soit à proximité d'un dinosaure ou parce qu'il était en réalité romantique. Dean pouffa de rire. Si elle savait... En fait, elle allait le savoir.


- C'est juste que ça me revient moins cher qu'un resto!


Dean rigola à nouveau. Plus c'était gros, plus ça passait. Et le rire qui suivait suffirait amplement à la faire douter sur la véracité de ce propos.


- Et comment ça les airs que je me donne??


Il sortit deux verres de son sac (il avait pensé au nécessaire: les bouteilles, de quoi ouvrir les dîtes bouteilles et de quoi verser le contenu de celles-ci). Il en rempli un de vin rosé et tendis le verre à la demoiselle qui l'accompagnait. Dean la regarda un instant, écoutant sa question.


- Je me pose souvent la même question, dit-il en lui souriant


Il détourna un instant son regard pour remarquer le berger allemand qui s'amusait à courir après les vagues.


- J'imagine que c'est parce que j'aime faire de nouvelles expériences. Mon mousquetaire et moi  on aime bien voir du pays. On avait même prévu de faire le tour du monde après l'armée mais je ne crois  pas que travailler avec des dinos soit quelque chose qui se refuse.


Dean se pencha à nouveau mais pour attraper la bouteille de whisky cette fois-ci et en rempli son propre verre, non sans jeter un coup d'oeil joyeux et amusé à Lauren.


- On trinque à quoi? Aux vieilles connaissances? Au présent? À une soirée qui, je l'espère se terminera mieux?

Le maître chien avait fait légèrement pivoter son torse vers Lauren, de façon à lui faire presque face. Plongeant son regard dans le sien, il leva son verre, attendant une quelconque réaction de la part de la jeune femme
  


made by LUMOS MAXIMA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Actrice


MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken Lun 28 Mar - 21:50



Dean & Lauren ♦ Ready To Be Heartbroken 

Je crois que ce jeu entre lui et moi, ces piques incessantes, tantôt gentillettes, tantôt davantage incisives, ne cesserait pas dans l’immédiat. Il s’y plaisait visiblement et je m’y retrouvais tout autant. J’étais bien forcée de voir que Dean n’était pas que ce type chiant qui s’emportait pour un rien (un rien ou presque, une clôture pourrait-on dire, mais je ne préférais par rouvrir le débat de suite avec lui). En fait, c’était même plutôt le contraire, je devais l’avouer. Il m’avait amusée avec ses messages, il en était de même en ce début de soirée. J’aurais pu l’envoyer se faire voir avec sa remarque sur la violence, mais même ce genre de réflexion me fit sourire. Bien sûr, je désapprouvai en le toisant pendant quelques secondes, mais difficile de lui cacher qu’au fond j’avais trouvé ça drôle. Il ne craignait pas de dépasser les limites du socialement correct et ça me plaisait. Il était juste un poil trop à cheval sur la sécurité.





Et tandis qu’il rangeait la bouteille de vin dans le frigo et qu’il plaisantait sur sa prétendue crainte d’être surpris en train de me saouler, je m’appuyai sur la porte de ce frigo, comme pour la tenir ouverte alors qu’elle n’en avait pas besoin, et je l’observai tout en m’appuyant par-dessus. Comme s’il se souciait pour qui il pourrait passer… Je ne pris même pas la peine de lui répondre quoi que ce soit, mon expression amusée mais non dupe parlait pour moi. Je l’avais même fixé pour qu’il s’enfonce dans sa bêtise, mais il s’en était sorti en me disant simplement que je pouvais laisser mes chaussures dans son bungalow.

J’eus exactement la même réaction envers lui lorsque nous marchions sur la plage pour rejoindre le lieu qu’il visait et qu’il émit le fait qu’il n’avait peut-être pas eu tort sur le fait qu’il allait s’en prendre une. Sauf que cette fois, je ne me contentai pas de sourire et je lui rétorquai, pour sa bonne information :

« Après tout, tu mériterais de t’en prendre une après ce qui s’est passé l’autre soir et tout ce que tu me lâches. Non… ? »

Non. Mais je pouvais bien lui faire croire que si. Enfin, s’il y croyait, parce qu’avec mon manque de sérieux ce soir, pas sûr qu’il y croit ne serait-ce qu’une seconde.

Lorsque nous fûmes arrivés à destination, j’allai m’asseoir près de lui tout en l’écoutant rétorquer à voix basse si l’endroit où nous nous trouvions serait moins beau si je savais… Si je savais combien de nanas il y avait ramené auparavant ? J’ignorais si cette question attendait réellement une réponse. Je levai un œil vers lui en souriant énigmatiquement et je ne lui répondis qu’après quelques secondes de réflexion, tout aussi doucement que sa question.

« Non. Pas l’endroit, mais l’invitation. Tu sais comment les nanas fonctionnent… On veut toujours croire être l’unique et la première. Absolument pour tout. »

Et d’une tonalité normale, j’ajoutai immédiatement :

«  Mais au fond, sache que si jamais j’étais effectivement la première que tu ramenais ici, tu serais vraiment un idiot de ne pas en avoir profité jusqu'à présent. »

Je souriais, je le regardais, je scrutais même son visage, mais j’étais sincère. Et je ne voulais vraiment pas savoir. Je me mis à la questionner sur tout ce qu’il avait emporté. Et ça laissait clairement à désirer. Résultat ? Ça m’amusa davantage que s’il avait pensé à tout. J’en rigolais, jusqu’à ce qu’il brandisse le tire-bouchon. Pour être honnête, j’aurais râlé s’il l’avait oublié, parce qu’une bouteille de vin agrémentait largement un tel repas.

J’éclatai de rire également lorsqu’il me dit qu’il nous avait amenés ici pour éviter de payer le resto.


«  Oh arrête ! »

Pourtant loin d’être naïve d’une manière générale, bien évidemment je ne m’imaginais absolument pas que c’était là la pure vérité, d’autant plus que Dean rigolait de bon cœur. Je considérais même cette réponse très drôle. Pour sûr que j’aurais moins ri si j’avais su qu’il se payait de ma tête.

Dean m’expliqua ensuite comment il avait atterri dans ce parc. A vrai dire, sa réponse, ce projet de tour du monde, m’intrigua davantage que je ne l’étais auparavant, tout simplement car elle laissait croire qu’il n’avait aucune attache, aucune contrainte, aucune responsabilité même. Or, lui-même m’avait fait savoir qu’il avait un fils. J’avais du mal à comprendre mais je ne doutais pas qu’il avait une bonne explication. Son explication. L’heure n’en était pas là toutefois puisqu’il se mit à nous servir à boire. Je me penchai vers lui, je lui souriais. J’avais envie de trinquer à plein de choses, à tout ce qu’il proposait au minimum.

« Trinquons au présent. C’est ce qu’il y a de plus important. En plus, je ne peux pas garantir que tu ne me jetteras pas encore une fois hors du parc… ou hors de n’importe quel endroit en l’occurrence.»

Mais plutôt que de goûter au vin qu’il m’avait servi après avoir trinqué mon verre avec le sien, j’attendis qu’il ait bu une première gorge, et je m’emparai de son verre rempli de whisky de ma main gauche, tout en gardant mon verre de vin dans mon autre main.


« Et là, à cet instant, j’ai envie de goûter à ce whisky. »

Eh oui, après tout, il n’y avait aucune raison pour qu’il soit le seul à en avoir le privilège. Je lui avais laissé la première gorgée, c’était son cadeau d’anniversaire après tout, mais j’étais pour le partage.  Je savourais cette gorgée que je m’accordai en soutenant son regard avec amusement, et lui rendis son verre avec tout autant de légèreté.

« Merci ! »

Je haussai les sourcils en souriant, comme s’il avait eu son mot à dire. Bien que j’en avais envie, je ne gouttai pas de suite le vin qu’il m’avait servi, le goût du whisky était encore trop présent dans ma bouche. Je déposai mon verre ou plutôt l’enfonçai légèrement dans le sable, en prenant ainsi garde qu’il ne se renverse pas, et je me mis à ouvrir ce qu’il avait emporté, cherchant encore et encore assiettes et couverts.  

« Le coup du repas sans même une fourchette, j'applaudis, c’est plutôt bien trouvé pour l’originalité. »

Et malgré cela, sans plus attendre, je frottai les doigts de ma main droite contre mon short avant d’attraper quelques pâtes et morceaux de légumes entre ceux-ci. Et après avoir penché légèrement ma tête en arrière, je portai la nourriture à ma bouche. Ce n’était pas l’absence de couverts qui m’empêcherait de manger après tout. Je mâchai et j’avalai ce que j’avais en bouche avant de me repencher vers le plat, m’apprêtant déjà à me resservir.


« Alors, dis-moi, quelle est la suite après ce pique-nique ? Tu as prévu une autre activité gratuite ou tu considères que tout ceci est déjà largement suffisant pour qu’on termine la soirée dans ton lit ? »

Je levai mon regard vers lui, ne doutant pas qu’il apprécierait cette nouvelle taquinerie.
©clever love.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hello, my name is
Contenu sponsorisé
and I love dinosaures





MessageSujet: Re: Ready To Be Heartbroken

Revenir en haut Aller en bas

Ready To Be Heartbroken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 08.02.10 - Avant première du clip Ready Or Not (I'm Coming)
» Ready to ride (cover)
» The Jeff Beck Group : Rough And Ready (1971)
» Lucky Peterson - I'm Ready (1992)
» Freddie King : Getting Ready... (1971)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park :: 
Isla Nublar
 :: Employees Onlee :: Plage Privée
-