AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Not on drugs - Callie & Will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Not on drugs - Callie & Will Mer 27 Jan - 6:32


Cela faisait des heures et des heures à présent que William n'avait pas dormi, depuis la nouvelle alarmante que lui avait donné ses collègues, par un hasard des plus effrayants. De sa vie, le O'Malley n'avait pas connu une pareille tourmente : quand il trouvait enfin une personne, LA personne qu'il pensait réellement pouvoir compter pour lui, voilà que celle-ci encourait un danger contre lequel il ne pouvait rien faire.
Le jeune homme était tout simplement accablé par l'information de l'enlèvement de Calliope Sattler, à qui il avait récemment ouvert son cœur, sans restrictions.

    - Est-ce qu'on a des nouvelles des... Commença-t-il pour la énième fois, en s'adressant à la secrétaire des ressources humaines du parc, qui était la personne la plus susceptible à sa connaissance de lui fournir cette information.
    - Monsieur O'Malley, pour la dernière fois, trancha le ton cassant de son interlocutrice téléphonique. Je vous rappelle que cette ligne ne sert pas à cet effet, vous serez prévenu par votre voie hiérarchique si l'information est jugée pertinente à vous être communiquée.
    - Mais put... Essaya-t-il de protester, avant d'entendre le signal strident indiquant que la conversation avait été coupée.


De rage, il faillit briser l'écran tactile de son mobile, avant de se raviser, et de se contenter de grommeler des insultes plutôt fleuries. S'assurer d'être joignable en temps de crise était bien plus important que d'évacuer la colère qu'il ressentait à être si impuissant.
A peine quelques secondes plus tard, celui-ci se mit d'ailleurs à vibrer, annonçant un appel privé, qui s'avéra être Jayce, avec des mises à jour sur la situation : les filles avaient été transortées à l'hôpital de Saint José... Visiblement, l'homme n'avait guère le temps de s'étendre sur les détails, ou bien même ne les connaissaient pas, car il avait raccroché avant que William ne puisse avoir confirmation de leur état.
Mais cela n'importait guère maintenant qu'il pouvait réellement agir : il attrapa d'un seul geste son porte-feuille, ses clés, et se précipita hors du bungalow : direction les urgences.

    - Calliope Sattler, annonça-t-il, à peine arrivé au comptoir des assistantes médicales, qui devaient être en charge du dossier.
    - Vous êtes un parent ? Répliqua la rousse à lunettes qui servait de videur administratif, avec un air pincé, donnant à Will l'impression que le monde entier tenait à lui mettre des batons dans les roues.
    - Non, j'suis son mec, déclara-t-il, d'une voix grave, avec un regard noir, implacable.


Il n'était plus le Will d'autrefois, celui qui mentait pour obtenir ce qu'il voulait. Et alors qu'il s'attendait par conséquent à se faire envoyer de nouveau balader, l'infirmière esquissa un sourire, mi-amusé, mi-peiné, semblait-il.

    - Chambre 23, deuxième étage, troisième porte, répondit-elle donc à la demande implicite du jeune agent d'entretien, visiblement sur les nerfs, et surtout très affecté. Jody Becker en avait vu d'autres, avec ces yeux-là, et elle savait qu'ils avaient bon fond... Aussi, elle se fichait parfois de faire quelques entorses au règlement, au nom de l'Amour. Les escaliers sont par là, indiqua-t-elle du doigt, devinant qu'il n'aurait pas la patience de prendre l'ascenseur.
    - Merci, parvint faiblement, d'émotion, à murmurer le O'Malley, avant de se ruer dans la direction indiquée.


Arrivé à la porte, il toqua, attendit une poignée de secondes, et entra sans plus de cérémonie, le cœur battant. Qu'allait-il découvrir, dans ce lit, de sa précieuse Calliope ? Il n'avait eu aucun indice quand à ce qu'elle avait pu subir, et les hypothèses qu'il ne voulait pas formuler dans son esprit lui broyait l'estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Jeu 28 Jan - 13:13


Will & Callie


& & &


Ce qui ne tue pas nous rend plus fort


Je me réveille en hurlant et en sueur. Il me faut de longues secondes pour réaliser que je ne suis plus dans le désert mais dans une chambre d’hôpital. Mes mains sont encore bandées, j’ai un cathéter à l’une d’elles relié à un goutte à goutte. Mon œil me fait encore mal mais aujourd’hui il s’ouvre mieux. L’infirmière de garde a du entendre mon cri car elle ouvre la porte d’un coup, elle a couru.

« Mademoiselle Sattler ! Que se passe-t-il ? »

Je la fixe un instant et bafouille que j’ai fait un cauchemar. Elle me sourit et s’approche. Elle m’explique que ça va passer, me demande si j’ai besoin de quelque chose. J’ai un peu soif, et envie d’aller aux toilettes. Elle m’aide, même si je pense que je pourrais y aller toute seule. Pendant que je fais ma petite affaire, elle me sert un verre d’eau.

« Le petit déjeuner ne va pas tarder. Bipez moi si besoin. »


J’hoche la tête et réalise que le soleil se lève à peine. Je retourne m’allonger. J’ai du mal à réaliser aussi bien ce qu’il s’est passé que le fait que ce soit bien terminé, que nous sommes rentrés. Nous. Evy. Il faut que je la vois. Je me relève et dans ma super tenue de patiente, je sors de ma chambre. Je commence à avancer quand je me fais intercepter. Je ne suis décidément pas la reine de l’évasion. L’infirmière me raccompagne gentiment. Elle m’assure que ma sœur va bien et qu’elle dort. Que je la verrais plus tard. Je me rebelle un peu mais je suis trop polie pour faire un scandale qui réveillerait les malades. Je retourne donc au lit. Plus tard j’ai mon petit dej et je me rendors.

J’ouvre les yeux quand j’entends frapper. C’est Jade ! J’ai envie de pleurer en la voyant, surtout qu’elle a le visage baigné de larmes, pourtant ça ne sort pas. Mais je suis tellement heureuse ! On se sert dans les bras, on ne veut plus se lâcher. Je lui raconte les grandes lignes, mais j’ai surtout envie de parler de nos fouilles. Je lui pose des questions sur la vie au parc pendant notre absence, elle évoque Sebastian. Un connard à première vue. Je suis déçue pour elle.

A nouveau une infirmière passe, Jade en profite pour aller voir Evy et promet de revenir avec mes affaires. Déjeuner. Et je me rendors. J’ai l’impression d’être une larve. Je fais limite un bond quand j’entends frapper à nouveau. J’ai les cheveux en vrac, mais pas de bave au coin des lèvres ! Ouf ! Parce que c’est Will. Je ne pense même pas au fait que j’ai pour seul maquillage un œil au beurre noir digne de Rocky, je me rappelle juste que je n’ai pas pu me laver les dents.

« Will… »

Je lui souris. Il est mal rasé, je trouve que ça lui va trop bien. On dirait qu'il a mûrit, je me demande si moi aussi.


BY .SOULMATES


_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Sam 30 Jan - 14:51

Il fallut quelques instants aux yeux de Will pour s'habituer à l'environnement de la chambre d'hôpital. Ses émotions lui causaient surement un ajustement plus difficile. Il cligna des paupières, à la fois ébloui par la luminosité du mobilier entièrement blanc, et l'obscurité du décor d'une pièce ainsi close.

    - Oh Callie... Chuchuta-t-il, parvenant à peine à respirer en posant enfin son regard sur la silhouette fine dans le grand lit immaculé. Il vit de suite son œil amoché, puis les tuyaux encore reliés à son corps affaiblis surement par quelques maltraitantes qu'il avait du mal à imaginer sans que ces théories ne lui broient le cœur. Plus tard... Il voulait se concentrer sur l'état présent de la Sattler, avant de laisser sa rage contre ses agresseurs exploser. Put*n bébé... Comment tu t'sens ?


Tout à sa légitime préoccupation devant les traces qu'arborait sa petite amie, le O'Malley avait usé malgré lui d'un qualificatif des plus intimes, sans même y prêter attention. Et il le pensait, pas comme les mecs de son quartier qui s'en servaient pour saluer leur voisine, sans donner à ce mot le véritable sens qu'il conférait à une relation amoureuse. En une phrase, il résumait son angoisse, mais aussi son désir de s'occuper d'elle comme une enfant plus précieuse à ses yeux qu'aucune autre.
Et même ainsi vêtue de l'accoutrement peu seyant d'une victime blessée, il la trouvait plus jolie que jamais à ses yeux, car le manque lui procurait à présent une joie indescriptible de la retrouver.

Il savait bien que pour l'instant, la Sattler était encore sur la réserve, et que même si leurs échanges avant son enlèvement avaient été plus que tendre, elle n'en était pas encore à éprouver pour lui des sentiments aussi profonds qu'il les exprimait pour elle. William avait été élevé ainsi par les aléas de ses arrestations : il était tout ou rien, passionné dans les extrêmes, surement.
Et si Calliope le laissait faire, il allait devenir pour elle tout ce dont elle avait besoin, et même plus encore, ce qu'elle ne soupçonnait même pas vouloir.
C'était probablement le contexte qui faisait ressortir un ôté de la personnalité de Will qu'il n'avait jamais pensé détenir, mais son instinct de protection prenait soudain le contrôle, le poussant jusqu'au bord du lit pour vérifier que les draps la recouvraient parfaitement pour la tenir au chaud.

    - J'te laisse plus partir sans moi, déclara-t-il, tremblant presque, avec une voix qui ne laissait pourtant aucune place à la contestation. Si elle voulait être avec lui, il allait falloir qu'elle revoit à la baisse son esprit d'indépendance, car pour autant qu'il la laisserait libre d'être qui elle voulait, il ne supporterait plus qu'elle se mette ainsi en danger. Tu m'as manqué... Rajouta-t-il en lui prenant la main, sur un ton moins dramatique.


Il ne savait pas trop où elle en était, ce qu'elle avait enduré et si elle accepterait le contact. Devait-il l'embrasser dans son état ? Il n'avait que faire de son visage tuméfié dans son envie de la retrouver comme il l'avait laissée intérieurement... Mais il comptait bien aller à son rythme, et ne pas la brusquer, pour qu'elle se sente toujours aussi à l'aise avec lui qu'elle l'avait été depuis leur rencontre.
Si c'était juste d'un meilleur ami qu'elle avait besoin pour l'instant, alors il serait l'homme parfait pour cette mission.

    - Désolé j'sais qu'on est sensé apporter des fleurs... Commença le jeune homme, avec un sourire moqueur pour lui-même, incapable de poursuivre la blague, la gorge nouée. Non, c'était vraiment trop tôt pour qu'il arrive à faire abstraction de tout cela pour la détendre. Il jura doucement, en détournant ses yeux sur les machines alentours... Ses doigts s'étaient crispés légèrement sur ceux de la jeune botaniste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Mer 3 Fév - 16:42


Will & Callie


& & &


Ce qui ne tue pas nous rend plus fort


Will s’approche en murmurant mon nom. Ensuite il jure ce qui me fait sourire. Je n’aime pas les gros mots mais là, suivi d’un bébé, je trouve ça chou.

« Je suis un peu vaseuse avec les anti douleurs mais ça va. »


Comment je me sens réellement, au fond, je ne sais pas trop. Tout est confus. J’ai eu droit à un psychiatre ce matin, il a dit que j’allais m’en sortir. Je n’ai pas compris. Ne m’en suis-je pas sortie déjà ? C’est déroutant d’entendre ce genre de choses.

J’observe Will jouer avec le drap sur moi, je ne sais pas trop ce qu’il fait. Il le remet correctement, je crois. Stressé ? Il pose ses beaux yeux sur moi et, des tremblements dans la voix, m’assure qu’il ne me laissera plus partir sans lui. Ça risque d’être compliqué mais comme je n’ai pas l’intention de repartir demain, je me contente de sourire. Cette phrase en dit long sur le sang d’encre qu’il a dû se faire et me touche. Je suis certaine qu’il me protègerait de tout et de tous. Mais s’il avait été avec nous… Je chasse cette pensée.
Il me prend doucement la main, faisant attention à mes bandages.

« Toi aussi, tu m’as manqué. Finalement je suis rentrée plus tôt ! »


Je lui fais un clin d’œil, enfin j’essaie. J’ai tendance à oublier que j’en ai un HS. Il essaie une blague pour rester dans cet esprit humour que j’ai tenté d’amener mais il s’arrête en cours. Je suis certaine qu’il a juré en se détournant de moi. Ses mains se sont crispées, il est tendu. Je soupire. Je porte ma main libre à son visage, du bout des doigts je prends son menton et le force à me regarder.

« Will… Je sais que je fais un peu peur à voir mais tu ne dois pas t’inquiéter. Mon œil se remettra dans quelques jours, mes mains ce sera un peu plus long mais ils m’ont assuré que ce n’était rien de grave. »

Je n’ose même pas penser à ce qu’il a dû imaginer, ça me ramènera à mes propres angoisses lorsque j’étais prisonnière, mais j’espère qu’il comprend ainsi que je n’ai pas été abusée, ni torturée d’aucune façon.

« Après, si tu ne supportes pas ma vue… »

Je n’ose pas dire que je ne lui en voudrais pas, ce serait mentir. Ça me blesserait et je lui en voudrais un peu.

« Je suis si laide que ça ? »

Je me fiche d’être sans maquillage mais ça se trouve, je fais peur. Je ne me suis pas vu dans le miroir.



BY .SOULMATES


_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Sam 13 Fév - 7:59

Ca va... C'était ce que prétendait la rousse, dont les mots ne parvenaient pas, cette fois, à convaincre Will. Bien sur que non, cela ne pouvait pas aller ! Il bouillait intérieurement, ses vieux démons cognant avec rage contre sa cage thoracique... Le regard de Callie, à lui seul, semblait pourtant les y maintenir, par une force que d'apparence, elle ne semblait pas posséder.
Le O'Malley connaissait bien ce sentiment, et même s'il eut été surement plus simple pour lui de céder à la colère comme il en avait l'habitude, il avait désormais de bien meilleures raisons de se retenir... La jeune Sattler méritait bien, à ses côtés, que quelqu'un qui userait de violence, après tout ce qu'elle avait déjà subit.
William esquissa un faible sourire à la remarque malicieuse de sa petite amie.

    - J'aurais préféré patienter... Ronchonna-t-il presque, en se retournant de nouveau vers elle, goûtant plus au charme que lui conférait ses sentiments pour elle, qu'à celui de son état réaliste. Bien sur, elle avait perdu de son attractivité physique, pour qui l'aurait vu ainsi pour la première fois - mais Will ne portant plus sur elle le même regard qu'un inconnu. J'espère bien...


Ses prunelles bleues, vives, glissèrent sur chaque blessure que la jeune fille décrivait. En effet, pour s'y connaître un peu en blessure, de ses propres douloureuses expériences, il savait qu'un œil amoché paraissait toujours plus grave qu'il ne l'était, et ce genre de détails l'apaisait... Mais il n'était pas ignorant non plus de la douleur que causaient les traumatismes sur les doigts... Il frissonna, luttant de toute sa volonté pour ne pas laisser la rage l'envahir. Quelle utilité aurait sa fureur, dans une telle situation ?

    - Oh non, Callie, gémit-il en se rapprochant, visiblement blessé par ses propos. Elle plaisantait, mais la portée de ses insinuations ne plaisait pas à l'ancien taulard. T'es pas laide du tout. Tu pourrais jamais l'être pour moi, ok ?


S'il avait une terrible envie de l'embrasser, il se retint néanmoins. Il ne voulait pas la brusquer en lui imposant des pulsions qui ne seraient peut-être pas les bienvenues dans le contexte actuel. Il ignorait même si elle souhaitait s'investir de nouveau dans leur relation, ou se concentrer dans l'immédiat sur sa guérison... Dans tous les cas, il accepterait sa décision sans broncher, même s'il aurait aimé qu'elle le laisse s'occuper d'elle, de la meilleure façon.

    - Quand est-ce que tu sors ? Demanda-t-il, anxieusement. Il aurait voulu l'emporter sur le champ, dans ses bras s'il l'avait fallu, et qu'elle l'ait laissé faire.


Un cliquetis le fit sursauter : une infirmière ouvrait la porte, surement pour vérifier que tout allait bien. En posant les yeux sur le visage de Will, elle se ravisa, ouvrant la bouche uniquement pour marquer sa stupeur, avant de la refermer promptement en même temps que la porte.
Elle repasserait plus tard, elle avait compris le message.
Le jeune homme n'en fit pas plus cas : il hésitait à présent à demander à Callie des détails sur ce qui s'était passé, sachant bien qu'elle n'aurait surement pas envie de le vivre à nouveau - elle avait certainement du raconter ses aventures déjà 10 fois sous les questions des autorités, et de ses sauveurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Sam 20 Fév - 15:50


Will & Callie


& & &


Ce qui ne tue pas nous rend plus fort


Je tente un peu d’humour, en quête de vérité au passage. Ce que je dis fait visiblement de la peine à Will. Je ne m’y attendais pas. Je souris à sa réponse. Mes poumons s’emplissent d’aire et je rougis avant d’expirer.
Il se rapproche de moi et je vois qu’il se retient. De quoi ? Je ne sais pas trop. Peut être de me serrer dans ses bras, de peur de me faire mal. Presque tout le monde réagit comme ça. Certainement que moi aussi si j’étais à leur place.

« Normalement dans deux jours. Je n’ai pas besoin de réelle assistance médicale mais… InGen a peur que je pète les plombs. »

Au même instant une infirmière entre. Enfin, elle allait entrer mais elle fait subitement demi tour. J’hausse les épaules. Elle repassera. Au moins une qui a compris que je préfère être avec mon chéri plutôt qu’on m’embête pour savoir si je veux quelque chose. Oh, je suis injuste, elles font juste leur boulot. Mais je déteste être ici. Les infirmières mais elles disent toujours que tout ira bien, même quand tout va mal. Je ne les supporte plus...
Will se tourne vers moi et je ne sais pas pourquoi, sans prévenir j’éclate en sanglots. Je cache mon visage entre mes mains bandées, mes pleurs me font haleter et je n’arrive pas à les retenir. Les vannes sont ouvertes. Je suis restée forte avec Evy, avec Jade, avec papa mais là je ne peux pas. Je ne supporte pas d’être là, j’ai aussi peur que lorsque j’étais dans cette fichue cabane dans le désert.

« Maman est morte à l’hôpital… » bafouille-je même si ça n’a pas de sens pour mon amoureux.

Finalement InGen n'a pas totalement tort : je pète les plombs !

BY .SOULMATES


_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Dim 21 Fév - 9:52


William n'avait jamais vraiment vécu ce genre de situation. Il avait vu quelques uns de ses amis en mauvais état, voir pire, mais jamais il n'avait eu le temps de se rendre à leur chevet, et jamais il n'éprouvé tant d'impuissance face à leur sort. Tout ce qu'il avait toujours su faire, c'était s'en remettre à la vengeance. Ne pas s'attarder sur la victime, sur des sentiments qui le rendraient faible... Juste cogner, cogner.
Et là, il n'avait pas d'autres choix, face à la jeune fille, que de céder à cet instinct qui lui broyait le cœur, et de résister à l'envie encore plus furieuse de l'embrasser, assez fort pour qu'elle oublie qu'elle se trouvait même dans un lit d'hôpital, et que la douceur de ses lèvres transcende les maux que ses blessures pouvaient lui causer.

Alors qu'il ne pensait plus voir la situation s'aggraver, Callie fondit soudainement en larmes, en avouant d'une manière implicite et touchantes ses craintes de se retrouver dans cet endroit sordide. William serra les poings, et, n'y tenant plus, s'approcha encore de la rouquine, pour lui relever le menton, et essuyer du pouce une larme qui coulait sur sa joue.
Ses caresses avaient quelque chose d'autoritaire, et son regard une lueur grave, sombre, tandis qu'il plongeait ses prunelles dans celles de la demoiselle, qu'il forçait ainsi à le regarder.

    - J'vais pas t'laisser ici, d'accord ? Murmura-t-il, tout contre ses lèvres, les effleurant à peine, son ventre se nouant tandis que leurs souffles se mêlaient. Si t'veux j'te fais sortir d'ici tout d'suite. T'as qu'à m'demander, Callie, et j't'emmène avec moi.


L'innocente Sattler ne se doutait peut-être pas des extrémités auxquelles William était prêt à aller pour elle, si elle approuvait sa proposition... Il n'aurait pas hésité à mettre hors de service quelques infirmières qui s'opposeraient. Il n'avait pas de limites, et encore moins désormais qu'il agissait pour une cause qu'il estimait valoir mieux que tout cela.
N'y tenant plus, il posa sa bouche sur celle de la rousse, cherchant doucement sa langue, goûtant une larme salée qui s'était écoulée jusque là. Malgré lui, sa main glissa sur la hanche de la jeune fille, et dès qu'il réalisa son geste, il s'écarta brusquement, de peur de lui faire mal.

    - 'Scuse-moi, je... Commença-t-il en grimaçant, prenant conscience de son égoisme, et de la peine supplémentaire qu'il lui avait peut-être causé par ce réflexe inconsidéré. Il avait presque paniqué, en quelque sorte, en la voyant pleurer, et avait trouvé n'importe quelle excuse pour la distraire de sa peine. Je n'savais pas pour ta mère... J'suis désolé...


Il l'était vraiment, et lui laissait l'occasion de s'exprimer sur le sujet... Ou non. Le fardeau avait l'air trop lourd à porter pour elle, et il espérait qu'elle pourrait encore lui faire confiance pour le partager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : paléobotaniste au JW


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Jeu 3 Mar - 12:44


Will & Callie


& & &


Ce qui ne tue pas nous rend plus fort

Will me relève le menton et m’assure qu’il ne me laissera pas ici. Je le crois. Je sais très bien qu’il est capable de me faire sortir d’ici en douce. Mais ce ne serait pas raisonnable. Tout le monde s’inquièterait encore. Je renifle et hoche la tête.

« Je sais… Merci Will. »

Je m’ordonne intimement de me calmer. C’est une crise passagère, je vais vite aller mieux.

« ça va aller, ne t’en fais pas… »

Soudain il m’embrasse. Mon cœur frétille dans ma poitrine. Je lui rends aussitôt son baiser. Je crois qu’à lui seul il apaise toutes mes craintes. Je manque une respiration quand il se retire aussi soudainement. Je baisse la tête quand il parle de maman. Je soupire avant de la relever. Allez callie, tu es une femme courageuse maintenant !

« Elle a eu un cancer. Elle est morte il y a deux ans. »

Je n’en dis pas plus parce que ma voix tremble et que je sais que je vais encore flancher. Je me perds dans le regard de mon petit ami. J’ai envie qu’il me prenne dans ses bras et me sert fort, qu’il me donne le sentiment de sécurité que lui seul m’apporte.

« Prends-moi dans tes bras. Embrasse-moi encore, Will. »


Ce n’est pas forcément hot mais ça me fait quand même rougir. Je n’ai jamais dit ce genre de choses à un mec. Je ne suis pas du genre à réclamer. Enfin, pas ce genre de choses. Et sans attendre, je me rapproche de lui, je m’agrippe à son Tshirt. Comme si j’avais peur qu’il refuse.
Heureusement non, et je me love contre lui tandis que nos lèvres se retrouvent. On s'embrasse tendrement, mais pas comme des gamins. C'est sensuel, goulu. Je sens une chaleur dans mon ventre. Quand on se détache pour respirer je murmure :


« Vivement dans deux jours... »


Puis plus fort :


« Tu m'emmènes en balade ? »


BY .SOULMATES


_________________
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hello, my name is
and I love dinosaures




Emploi : Agent d'entretien
Localisation : Parc


MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will Ven 4 Mar - 20:52

Une mère... William n'en avait jamais vraiment eu, et pourtant, il avait éprouvé cet amour inexprimable pour une femme, qui l'avait mis au monde. C'était la seule chose d'ailleurs que l'alcoolique lui avait donné : le souffle de vie, la force de se battre, sans hurler, mais d'une façon toute aussi brutale. Le O'Malley l'avait adoré pourtant, comme on rêve de l'impossible, comme on s'accroche à un espoir qu'aucune vile réalité ne peut ternir... Lorsque les services sociaux l'emmenaient loin d'elle, le jeune garçon qu'il était alors sentait son cœur se briser, plus certainement que sous les coups qu'elle lui infligeait elle-même, quand sa vue troublée par les vapeurs ne lui permettait plus de le reconnaître.
Un enfant ne voit pas ça, il ne perçoit pas la laideur dans les gestes de sa mère. Il ne sait que cette infinie promesse que sa naissance lui a apporté : elle était sa mère, irremplaçable, indéniable, souveraine de ses maux, et de ses attentions.

Un instant, ces souvenirs trop lointains donnèrent à William le tournis, la nausée, une odeur atroce de nostalgie, qui lui nouait les tripes... Et de douleur. Si Calliope croyait qu'elle avait seule besoin de l'étreinte qu'elle réclamait, elle se trompait lourdement. De ce contact physique qu'il avait fuis si souvent, le jeune homme en avait soudain une nécessité vitale...
Il s'agrippa à elle aussi fort que son état le lui autorisait, puisant dans son baiser cette force qui les unissait : il n'y avait plus de manque à présent, ils comblaient le vide qu'avaient laissé les êtres auxquels ils s'étaient attachés avant cela.
La vie était faite ainsi, surement, pour apporter à chacun la personne qui les soutiendrait dans les épreuves, qui remplaceraient les absents, celle avec qui fonder une autre famille, et construire sur des fondations abimées une structure qui compenserait les fissures par de nouveaux équilibres.
Bien sur, ils n'en étaient pas là, mais William avait assez trainé dans les rues pour développer un instinct presque animal pour ce genre de chose : Calliope était la fille qu'il voulait, pour tout partager.

Tout ça pour dire qu'il ne se fit pas prier pour l'embrasser de nouveau, et bien lui faire comprendre qu'il serait là pour elle dès qu'elle le lui demanderait. Il l'aimait libre aussi, et ne voulait pas la réduire à son unique compagnie... Mais elle avait raison d'attendre avec impatience sa sortie, car il comptait bien lui montrer à quel point il lui était dévoué, et dans quelles mesures il avait l'intention de la faire sienne. Et pas de fausse modestie, il était absolument persuadé qu'elle réclamerait ces moments là autant que lui.

    - En effet... Glissa-t-il, entre deux baisers, incapable de se détacher d'elle plus de quelques secondes avant de prendre de nouveau ses lèvres. Hum, oui, si tu veux...


Il finit par s'écarter donc, non sans esquisser un sourire malicieux, en lui tendant le bras pour l'aider à descendre de son lit de malade. C'était dur de revenir sur terre, après des retrouvailles si éprouvantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hello, my name is
Contenu sponsorisé
and I love dinosaures





MessageSujet: Re: Not on drugs - Callie & Will

Revenir en haut Aller en bas

Not on drugs - Callie & Will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park :: 
Aux Alentours
 :: San José :: Hôpital
-